Un million d’enfants risquent de mourir de faim au Yémen

0

The Guardian

Plus de cinq millions d’enfants risquent la famine au Yémen, alors que la guerre civile en cours entraîne une forte hausse des prix de la nourriture et du carburant à travers le pays, a mis en garde l’organisme caritatif Save the Children.

Les problèmes entourant le transport et la livraison des cargaisons à travers le port de Hodeida, sur la mer Rouge, pourrait entraîner « une famine à une échelle sans précédent », a indiqué l’ONG britannique dans un nouveau rapport.

Save the Children a soutenu qu’un million d’enfants en plus risquaient maintenant de tomber dans une situation de famine, alors que le prix des aliments et du transport bondit, portant le total à 5,2 millions de jeunes.

Toute fermeture du port « mettrait les vies de centaines de milliers d’enfants immédiatement en danger, tout en poussant des millions d’enfants en plus vers la famine », a ajouté l’organisme.

Guerre sanglante

Le Yémen, déjà un pays pauvre, est ensanglanté depuis 2014 par une guerre entre les rebelles houthis shiites et les troupes loyales au président Abedrabbo Mansour Hadi.

Une alliance sous contrôle de l’Arabie saoudite est intervenue en 2015 pour renforcer le président, accusant du même coup l’Iran d’appuyer les Houthis, mais près de 10 000 personnes ont perdu la vie depuis.

Les heurts mortels ont repris autour du port sous contrôle houthi d’Hodeida, à la suite de l’effondrement des négociations à Genève, ce mois-ci.

Helle Thorning-Schmidt, présidente de Save the Children International, a affirmé que « des millions d’enfants ne savent pas quand ils vont manger de nouveau. Dans un hôpital que j’ai visité dans le nord du pays, les bébés étaient trop faibles pour pleurer, leurs corps étaient épuisés par la faim ».

« Cette guerre risque de tuer toute une génération d’enfants yéménites qui doivent affronter plusieurs menaces, des bombes à la faim, en passant par des maladies évitables, comme le choléra », a-t-elle ajouté.

Les Nations unis ont mis en garde contre tout affrontement majeur à Hodeida, ce qui pourrait entraîner la suspension des distributions de nourriture aux huit millions de Yéménites qui en dépendent pour leur survie.

L’Arabie saoudite et ses alliés accusent les rebelles houthis de faire passer des armes iraniennes par Hodeida, et a imposé un blocus partiel du port.

Les Houthis et l’Iran ont tous deux nié les accusations.


Autres contenus:

Appel à la clémence pour Idlib, pour éviter un « cauchemar humanitaire »

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca