La scène underground affichée au Centre de design

1

À l’instar du vidéoclip, la musique offre une liberté sans bornes à ceux qui la représentent visuellement. Le professeur Marc H. Choko a regroupé les affiches de deux designers diplômés de l’UQAM, le Montréalais Sébastien Lépine et le Bruxellois Elzo Durt dans l’exposition Non conforme, présentée au Centre de design jusqu’au 23 septembre.

À l’entrée, quelques affiches psychédéliques datant de l’époque hippie accompagnent une définition de ce qui est conforme, le Style international associé aux transformations industrielles, sociales et économiques à compter des années 1930, ainsi qu’une définition de la contre-culture. La réintroduction de l’illustration, d’une touche artisanale et de l’émotion a ouvert la voie au cours des années 1960 au Pop art, à l’Op art, ainsi qu’au retour de l’Art nouveau et de l’Art déco en graphisme.

Les deux designers font partie d’un mouvement contemporain d’affichistes artisans nommé gig posters, qui impriment eux-mêmes leurs œuvres par sérigraphie pour Sébastien Lépine et par digigraphie pour Elzo Durt. Que la composition de l’image soit créée manuellement pour le premier ou par ordinateur pour le second, les tirages sont limités. Ces objets de collection sont en vente sur le web ou lors de festivals de musique et d’événements dédiés au graphisme marginal.

L’étudiant responsable de la galerie m’a fait remarquer que les affiches du designer montréalais s’observent bien de loin, alors que la foule de détails de celles du Bruxellois se scrute de près. Le premier laisse le fond apparent dans la plupart des cas pour un effet diffus contrairement au second qui organise des référents découpés par des contours noirs, telles les pages d’un grimoire alchimiste.

Le retour au psychédélisme, notamment par les couleurs, est manifeste. Par contre, le mouvement gig posters semble dériver du mouvement punk. Cette époque où les groupes de musique enregistraient eux-mêmes leur démo dans leur garage et découpaient des images dans les publications pour en faire un collage subversif, en guise de pochette de leur cassette.

Tire le coyote, The Brian Jonestown Massacre et Sigur Rós figurent parmi les groupes de musique qui ont leur affiche.

Divan Orange, Spectrum et Medley, renaissez de vos cendres!


Autres contenus:

World Press Photo 2018: les images coup de poing qui ont fait l’année 2017

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Un commentaire

  1. Pingback: Parcourir les Pays-Bas d’une illusion à l’autre: Maastricht

Répondre