Le gouvernement italien pourrait pénaliser l’exploitant du pont de Gênes

0

Reuters

Le gouvernement italien travaille à l’application de pénalités contre la société Atlantia, propriétaire du concessionnaire autoroutier Autostrade per l’Italia, après l’effondrement du viaduc Morandi à Gênes, a annoncé mardi le président du Conseil italien, Giuseppe Conte.

« Le dossier (sur les pénalités) est dans ma sacoche et il a voyagé avec moi au cours des derniers jours », a dit Conte dans un entretien au journal Il Corriere della Sera.

Le chef du gouvernement italien estime que les 500 millions d’euros proposés le week-end dernier par Atlantia pour reconstruire un édifice autoroutier et venir en aide aux familles des 43 victimes de la catastrophe constituent une offre trop modeste.

« Ils pourraient la multiplier par quatre ou par cinq », a-t-il dit.

Interrogé pour savoir si le gouvernement italien envisageait de nationaliser le secteur des concessions autoroutières, Conte a répondu qu’il examinait le meilleur moyen de satisfaire l’intérêt public.

Il a indiqué que le gouvernement avait reçu des propositions concurrentes de celles d’Atlantia pour reconstruire le viaduc de Gênes.

À l’issue d’un conseil d’administration extraordinaire, Autostrade per l’Italia a confirmé en milieu d’après-midi le plan d’investissement de 500 millions d’euros annoncé samedi pour reconstruire le viaduc et venir en aide aux proches des victimes et aux habitants déplacés.

« Le conseil d’administration a approuvé une première liste d’initiatives estimées à environ 500 millions d’euros financés sur fonds propres », peut-on lire dans un communiqué.

La filiale d’Atlantia, qui gère 3000 km d’autoroute en Italie, a également accusé réception de la lettre du gouvernement annonçant vendredi soir l’ouverture d’une procédure de révocation de concession.

Les administrateurs d’Autostrade se réuniront en temps voulu pour déterminer la réponse à cette initiative du gouvernement italien.

À la Bourse de Milan, l’action Atlantia a repris lundi 2,5% à la clôture. Le titre du groupe contrôlé par la famille Benetton a perdu plus de 27% de sa valeur depuis l’accident.


Autres contenus:

À Gênes, les secouristes stoppent la recherche de survivants après 43 morts

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca