L’Allemagne acceptera les croix gammées dans les jeux vidéo

0

Rock Paper Shotgun

Après des décennies d’interdiction des croix gammées et de symbole destinés aux « organisations sortant de l’ordinaire », les autorités permettront désormais leur apparition, du moment que les crois gammées ont des objets artistique ou éducatif.

Cette clause d' »adéquation sociale » avait déjà permis d’employer ces symboles dans d’autres domaines artistiques, mais ne concernait précédemment pas les jeux vidéo.

Cela forçait les développeurs à remplacer ou retirer les symboles controversés pour que les titres soient distribués en Allemagne. Ce changement ne signifie pas que les croix gammées se multiplieront – les lois contrôlant les symboles s’appliquent toujours -, mais l’organisation allemande de classification évaluera leur mérite artistique dans un jeu.

La section 86a du Code criminel allemand interdit l’utilisation de certains symboles employés par le Troisième Reich, les néo-nazis, le Ku Klux Klan, l’État islamique, les suprématistes blancs et d’autres groupes, ne les autorisant que dans le contexte des arts, de la science, de la recherche ou de l’enseignement. On estimait que l’exception ne s’appliquait pas aux jeux vidéo, et l’industrie allemande des jeux s’est auto-réglementée, le conseil chapeautant ladite industrie interdisant complètement tous les symboles concernés.

Puisque les jeux portant sur la Deuxième Guerre mondiale ont la cote, cela a mené à la création de nouveaux noms et symboles pour les nazis. Dans Wolfenstein II: The New Colossus, Adolf Hitler a même été rasé et rebaptisé Ian NotHitler.

Jeudi, l’organisme réglementaire allemand a annoncé qu’il tiendrait compte de la clause d’adéquation sociale et permettrait théoriquement l’affichage de tels symboles. Ce faisant, l’organisation précise que la section 86a du Code criminel demeure valide, ce qui signifie que l’utilisation des symboles nazis et autres doit être jugée pertinente, mais peut maintenant être envisagée.

Cette décision a obtenu l’aval de l’association représentant l’industrie du jeu en Allemagne, Game.

« Cette nouvelle décision représente une étape importante pour les jeux en Allemagne », a mentionné le directeur de Game, Felix Falk.

« Voilà longtemps que nous faisons campagne pour que les jeux puissent eux aussi jouer un rôle dans le cadre du discours social, et ce sans exception. Les jeux vidéo sont reconnus depuis plusieurs années comme canal d’expression culturelle, et cette plus récente décision vient cimenter cette reconnaissance en matière d’utilisation de symboles anticonstitutionnels. »

M. Falk a ajouté que « l’industrie du jeu s’inquiète des tendances que nous constatons en faveur du racisme, de l’antisémitisme et de la discrimination. Nous sommes fermement engagés en faveur d’une société ouverte et inclusive, en fonction des valeurs établies par la constitution allemande, ainsi qu’en fonction de la responsabilité historique de l’Allemagne ».

« Plusieurs jeux produits par des développeurs créatifs et engagés abordent des questions délicates telles que l’ère nazie en Allemagne, et ils le font d’une façon responsable qui encourage la réflexion et la pensée critique. La nature interactive des jeux les rend capables de provoquer la contemplation et le débat, et ils parviennent à intéresser les jeunes générations de façon inédite », a-t-il conclu.


En complément:

Flat Heroes, le plaisir au carré

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre