Une méga-tempête menace une mission martienne en cours depuis 14 ans

0

The Guardian

Le robot Opportunity, envoyé sur Mars par la NASA, a été mis hors-circuit par une gigantesque tempête qui enveloppe la planète rouge et bloque la lumière du soleil.

Des responsables ont indiqué mercredi qu’ils espéraient que l’engin robotisé survive à la tempête, qui couvre déjà le quart de Mars et qui devrait encercler toute la planète d’ici quelques jours. Il pourrait s’écouler des semaines, voire des mois, avant que le ciel ne soit suffisamment dégagé pour que les rayons du soleil atteignent la surface et recharge les accumulateurs d’Opportunity via les panneaux solaires du robot.

Pour l’instant, le plus vieux robot encore en activité à la surface de la planète rouge est coincé au milieu de la tempête, constamment plongé dans la noirceur.

« Nous ne sommes certainement pas sortis du bois », reconnaît John Callas, le gestionnaire du projet Opportunity au Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, en Californie. « Cette tempête est menaçante, et nous ne savons pas pendant combien de temps elle durera, et nous ignorons de quoi aura l’air l’environnement une fois la tempête terminée. »

Des contrôleurs de mission ont tenté, dans la nuit de mardi à mercredi, de contacter Opportunity, mais le robot n’a pas répondu. La tempête prend de l’ampleur depuis la fin de mai, et ce à une vitesse encore jamais vue.

La NASA a lancé les robots jumeaux Opportunity et Spirit en 2003 pour étudier les rochers et le sol martiens. Les deux engins ont atterri en 2004. Voilà plusieurs années que Spirit ne fonctionne plus. Opportunity, toutefois, continue d’accumuler des données scientifiques, bien au-delà de la durée prévue de sa mission.

Les scientifiques ne sont par ailleurs pas inquiets pour l’autre robot américain sur Mars, Curiosity, qui fonctionne à l’énergie nucléaire et qui se trouve de l’autre côté de la planète, où les cieux commencent à s’assombrir.

Les tempêtes de poussière, qui se produisent de temps en temps sur Mars, projettent des particules fines à des dizaines de kilomètres d’altitude et provoquent une nuit artificielle. Quant aux sondes spatiales orbitant autour de Mars, elles ne courent aucun risque.

Opportunity ne devrait pas être enterré ou voir l’une de ses roues être coincés dans la poussière. Même durant la pire des tempêtes, le seul impact est une fine couche de poussière. Selon des responsables, le principal risque est que ladite poussière puisse temporairement couvrir les instruments optiques.

Les piles du robot sont probablement déchargées à un point tel que le seul appareil encore fonctionnel est probablement l’horloge interne. Celle-ci sert à tirer le robot de son sommeil forcé, à intervalles réguliers, histoire de vérifier les niveaux d’énergie. Si l’horloge s’éteint elle aussi, le robot ne connaîtra pas « l’heure qu’il est » lorsqu’il se « réveillera », et pourrait ainsi envoyer des signaux à tout moment.

Il ne s’agit pas de la première tempête à affecter Opportunity. En 2007, une puissante tempête a réduit le robot au silence pendant plusieurs jours. L’engin a repris ses activités après son réveil automatique.

Cette fois, les réserves d’énergie du robot seraient bien plus basses. L’été martien approche, cependant, et les températures nocturnes devraient donc être suffisamment élevées pour éviter que les piles et d’autres sections de l’engin ne gèlent. En plus de dispositifs de chauffage électriques, Opportunity possède huit petits radiateurs fonctionnant au plutonium.

Les scientifiques espèrent en apprendre le plus possible sur la tempête pour améliorer leurs capacités en matière de prévisions météorologiques. Des astronautes vivant sur Mars, par exemple, éprouveraient de graves problèmes s’ils se retrouvaient coincés dehors lors d’une puissante tempête, où les vents peuvent atteindre 113 km/h.

Au dire de M. Callas, Opportunity était en particulièrement bonne santé au début de la tempête, avec seulement de petits problèmes dans son bras robotisé. « Il faut garder en tête que l’on parle d’un robot qui se trouve sur Mars depuis 15 ans, et qui n’était conçu que pour fonctionner pendant 90 jours », a précisé Jim Watzin, directeur du programme d’exploration de Mars à la NASA. « Impossible de faire mieux. »


En complément:

La NASA enverra un hélicoptère sur Mars

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca