Quelques signes d’amélioration de la crise politique en Italie

1

Reuters

Les discussions pour former un gouvernement et trouver une solution à la crise politique en Italie montraient de faibles signes d’amélioration mercredi alors que le Mouvement 5 Étoiles (M5S) et la Ligue ont repris leurs concertations.

L’ancien économiste du Fonds monétaire international (FMI), Carlo Cottarelli, s’est vu confier la mission de constituer un gouvernement de transition chargé de préparer le budget 2019 ainsi que des élections anticipées.

Ce dernier mène « des discussions informelles » avec le président italien Sergio Mattarella, a-t-on appris mercredi d’une source présidentielle qui n’a pas fourni plus de détails.

Cottarelli a déjà rencontré Sergio Mattarella mardi mais n’a fait aucune déclaration à l’issue de cette réunion où il devait présenter son gouvernement de transition.

De sources politiques, on précisait mardi que Cottarelli pourrait se récuser et le chef de l’État n’aurait pas d’autre choix que de dissoudre le Parlement dans les prochains jours. Des élections anticipées pourraient avoir lieu dès le 29 juillet.

Le chef de file de la Ligue, Matteo Salvini, a dit vouloir des élections législatives anticipées dès que possible, mais estime qu’un scrutin à la fin du mois de juillet aurait un effet « perturbateur » pour les Italiens.

Il laisse également la porte ouverte à une conciliation avec Sergio Mattarella auquel il demande de préciser “comment sortir de cette situation”.

La Ligue et le M5S ont par ailleurs repris leurs discussions, a-t-on appris d’une source au sein du M5S, qui précise que les deux partis tentent de trouver “un point de compromis” sur le nom du futur ministre de l’Economie.

Les deux formations s’étaient mises d’accord sur le nom de Giuseppe Conte, un professeur de droit novice en politique, pour devenir président du Conseil et former le nouveau gouvernement italien.

Conte a renoncé à cette tâche après le refus de Sergio Mattarella d’approuver la nomination au poste de ministre de l’Économie de Paolo Savona, 81 ans, un économiste eurosceptique.

Les Bourses frileuses

Selon un sondage publié mercredi, la Ligue effectue une spectaculaire poussée (25,6%) dans les intentions de vote avec un gain de huit points par rapport à son résultat aux dernières élections.

L’enquête d’opinion Ipsos pour le Corriere della Sera montre également que le Mouvement 5 Étoiles reste stable dans les intentions de vote avec environ 32,6% contre 32% au mois de mars.

Dans les deux cas, les deux formations qui se sont entendues sur un programme de gouvernement disposeraient de la majorité au parlement si elles acceptaient d’unir leurs forces lors de législatives anticipées.

La perspective d’élections anticipées a fait chuter les marchés italiens mardi, avec l’indice à son plus bas niveau depuis juillet 2017.

La Bourse de Milan, qui a perdu plus de 12% sur les dix dernières séances, regagnait 0,63% en milieu de matinée et sur le marché des emprunts d’État, les rendements des titres italiens refluaient après leur envolée des derniers jours: le dix ans revenait à 3,024% après un pic à près de 3,39% mardi et le deux ans repassait sous 2% après avoir dépassé 2,73% la veille.


En complément:

L’Italie en voie vers de nouvelles élections

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca