En Thaïlande, les punks en révolte contre la junte

0

The Guardian

« Cela fait quatre ans, fils de pute! » – Voilà comment un groupe de punks thaïlandais a fait la promotion de leur spectacle, plus tôt ce mois-ci, pour marquer le quatrième anniversaire de la dictature militaire dans le pays.

Ce slogan provocateur, destiné au leader de la junte Prayuth Chan-ocha, a aidé l’événement Facebook à devenir viral, attirant l’intérêt de militants pro-démocratie et plaçant la scène musicale underground sous le feu des projecteurs.

Une foule plus important qu’à l’habitude s’est présentée au concert, tenu devant un monument commémorant les révoltes étudiantes de 1973. Ces révoltes ont permis de faire tomber une dictature militaire honnie, mais seulement après que l’armée eut ouvert le feu sur la foule, tuant au moins 77 personnes.

De telles atrocités sont récurrentes en Thaïlande, où l’État a également tué ses citoyens en 1976, 1992 et 2010, lorsqu’environ 90 « chemises rouges » pro-démocratie ont été tués lors de coups de force commandés par le général Prayuth.

Cependant, en 2014, le même Prayuth est plutôt demeuré sur les lignes de côté alors que des manifestations rivales menées contre le gouvernement élu de Yingluck Shinawatra, appuyé par les chemises rouges, ont paralysé Bangkok. Lorsqu’il est finalement intervenu, ce n’était pas pour soutenir le gouvernement, mais plutôt pour s’emparer du pouvoir. Bien que la junte possède ses partisans, l’opposition est vaste et n’est contrôlée qu’à l’aide de l’appareil oppressif. Des élections ont été promises pour 2019, mais même si elles vont de l’avant, tout porte à croire que Prayuth s’en servira pour légitimer son pouvoir et demeurer en contrôle.

La musique pour se révolter

À l’extérieur du concert, des policiers en uniforme montaient la garde, mais permettaient aux gens d’aller et de venir librement. Des agents sous couverture travaillaient à l’intérieur de la salle, filmant et prenant des photos. Parmi les punks, on comptait aussi des piliers du mouvement pro-démocratie qui cherchent à participer à toute activité contre la junte, même si cela veut dire devoir endurer de la musique « bruyante et étrange ».

« La scène punk thaïlandaise ne s’intéressait autrefois qu’à faire la fête », affirme l’organisateur de l’événement. « J’ai organisé ce spectacle parce que je crois que le punk devrait être rebelle. Je tiens à la liberté et aux droits de la personne. »

La musique n’a pas été aussi politisée, en Thaïlande, depuis le tumulte des années 1970, lorsque des groupes comme Caravan se sont appuyés sur la révolte populaire et ont inauguré une vague de folk-rock socialement conscientisée, connue en langue thaï comme des « chansons pour la vie ». Mais après le traumatisme du massacre d’étudiants en 1976, le mouvement progressiste a perdu de son allant et la contre-culture a rapidement disparu.

Depuis les années 1980, la musique thaï est dominée par de la musique pop beige et du soft rock, avec une avalanche de chansons d’amour mièvres. Lorsque la culture de la jeunesse a été importée de l’étranger – le punk, le métal, la musique indie, le hip-hop -, ces styles ont été imités à la perfection, mais le sens de révolte contre l’autorité a souvent donné l’impression de s’être égaré en cours de route. « Les jeunes ne sont pas intéressés par la politique » est un refrain qui revient souvent en Thaïlande.

En sous-couche de la société thaïlandaise, toutefois, on retrouve une crise politique qui fomente depuis plus d’une décennie. Et si la jeune génération semblait désintéressée au départ, il y a des signes que cela pourrait être en train de changer. Depuis le coup d’État de 2014, de jeunes Thaïlandais mènent bravement un mouvement de résistance petit, mais déterminé.

Si le punk n’est pas votre penchant, d’autres formes artistiques dissidentes trouvent grâce aux yeux de la population. Qu’il s’agisse de bandes dessinées, d’arts de la rue, ou encore de jouets spéciaux qui se sont vendus en quelques minutes, voire même un jeu de société de lutte contre le pouvoir, les déclinaisons sont multiples.


En complément:

Fête du côté israélien, massacre chez les Palestiniens

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca