La Suède inaugure la première route servant à recharger les voitures électriques

1

La première route électrique du monde servant à recharger les piles des voitures et camions qui y circulent a été ouverte aux conducteurs en Suède.

Selon ce que rapporte The Guardian, environ deux kilomètres de rails électriques ont été intégrés dans une route publique située près de la capitale, Stockholm, mais l’agence gouvernementale responsable des routes a déjà prévu une carte du pays en vue d’une expansion.

Pour que la Suède atteigne son objectif de cesser de dépendre des combustibles fossiles d’ici 2030, le pays doit réduire de 70% ses émissions polluantes provenant du secteur des transports.

La technologie sous-tendant cette route électrique reliant à l’aéroport Arlanda, en bordure de la capitale, à un site logistique installée à l’extérieur de la métropole vise à résoudre les épineux problèmes de la recharge des véhicules électriques et du contrôle du coût de la fabrication des piles.

L’énergie est transférée à partir de deux sections de rail intégrées dans la route à l’aide d’un bras rétractable installé sous les véhicules. Si la voiture ou le camion n’est plus à proximité des rails, le bras se déconnecte automatiquement.

La route électrifiée est divisée en sections de 50 mètres, chaque partie n’étant alimentée que lorsqu’un véhicule se trouve au-dessus d’elle.

Lorsqu’un véhicule s’arrête, le courant est interrompu. Le système est en mesure de calculer la consommation d’énergie des véhicules, ce qui permet de déterminer le montant de la facture énergétique en fonction des véhicules et des conducteurs.

La « recharge dynamique », en opposition à l’utilisation de bornes en bordure de route, signifie que les piles des véhicules peuvent être plus petites, tout comme leurs coûts de fabrication.

Un ancien camion au diesel appartenant à la compagnie de logistique possédant l’emplacement situé au bout de la route, PostNord, sera le premier à emprunter le nouveau tronçon électrique.

Hans Säll, président du consortium eRoadArlanda responsable du projet, a indiqué que les véhicules et les routes actuels pouvaient tous deux être adaptés pour tirer parti de cette technologie

En Suède, on compte environ 500 000 kilomètres de routes, dont 20 000 kilomètres d’autoroutes, a-t-il ajouté.

Brancher tout le réseau

« Si nous électrifions 20 000 kilomètres d’autoroutes, cela sera certainement suffisant », a-t-il poursuivi. « La distance entre deux autoroutes n’est jamais plus que de 45 kilomètres, et les voitures électriques peuvent déjà circuler sur une distance qui est plus grande que celle-ci sans avoir besoin d’être rechargées. Certains croient que ce nombre pourrait même être abaissé à 5000 kilomètres d’autoroutes à électrifier. »

À un coût d’environ 1,5 million de dollars par kilomètre, le prix de l’électrification serait 50 fois moins élevé que celui lié à la construction d’une ligne de tramway en milieu urbain.

« Il n’y a pas d’électricité à la surface. Il y a deux rails, comme dans une prise électrique. Cinq ou six centimètres plus bas, voilà où se trouve le courant. Mais si vous inondez la route avec de l’eau de mer, nous avons découvert que le niveau d’électricité à la surface n’était que de 1 Volt. Vous pouvez marcher là-dessus pieds nus », mentionne M. Säll.

Les réseaux de distribution électrique nationaux s’éloignent peu à peu des sources d’énergie liées au charbon et au pétrole, et la capacité de stockage de l’énergie électrique est considérée comme essentielle pour changer la façon dont le secteur du transport fonctionne.

Le gouvernement suédois est en discussions avec Berlin à propos d’un futur réseau de routes électriques. En 2016, une section d’autoroute de deux kilomètres avait déjà été adaptée avec une technologie similaire, mais les points d’accès à l’électricité étaient situés à hauteur de camion, ce qui rendait le tout inaccessible aux voitures électriques.


En complément:

Automobile: les constructeurs confrontés à la réalité de l’électrique

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca