Inconduite sexuelle: au tour de la présidente du Nobel de littérature de démissionner

0

La présidente de l’Académie suédoise qui sélectionne le gagnant du prix Nobel de littérature a démissionné dans la foulée d’une crise croissante en lien avec la gestion, par l’organisation, d’allégations de harcèlement sexuel à l’encontre d’un homme ayant des liens étroits avec l’institution, rapporte The Guardian.

Sara Danius a annoncé sa décision jeudi après une rencontre d’urgence de trois heures entre les membres de l’Académie, dans le centre de Stockholm.

Mme Danius a dit avoir perdu la confiance de l’Académie, mais n’a pas voulu commenter à savoir s’il y avait eu un vote pour lui retirer son poste.

« C’est le souhait de l’Académie que je quitte mon poste de secrétaire permanente », a précisé celle qui, à 56 ans, a une formation d’historienne de la littérature, et qui fut la première femme à occuper cet emploi. « J’aurais aimé continuer, mais il y a d’autres choses à faire dans la vie. »

Trois membres de l’organisation ont annoncé leur démission, la semaine dernière, en lien avec cette même question, mais des règles ancestrales qui font en sorte que les mandats sont donnés à vie signifient que des membres ne peuvent techniquement pas quitter leur poste, bien qu’ils cessent de participer aux activités.

Réputation entachée

La colère du public et les départs de l’Académie ont suscité des inquiétudes voulant que l’image des prix Nobel et de la Suède puissent pâtir de cette affaire à l’étranger. « Cela a déjà eu un impact considérable sur le prix Nobel, et c’est un grave problème », a souligné Mme Danius.

Mercredi, la Fondation Nobel a vertement critiqué l’Académie suédoise, en affirmant que le groupe menaçait de ternir la réputation des prix Nobel.

Les démissions surviennent après que le quotidien Dagens Nyheter eut publié, en novembre, les déclarations de 18 femmes qui affirment avoir été harcelées et avoir subi des agressions de la part de l’homme accusé.

L’Académie a depuis rompu tous les liens avec la personne visée, et a cessé de lui fournir des subventions. L’organisation a également lancé une enquête interne, en plus de retenir les services d’un cabinet d’avocats.

L’Académie, qui est directement soutenue par le roi de Norvège, est traditionnellement très discrète et a été fortement ébranlée par le scandale.

Des 18 jurés de l’Académie, sept ne sont plus des membres actifs, et deux femmes ont suspendu leur participation depuis plusieurs années.

 


En complément:

Des jurés du Nobel de littérature démissionnent en lien avec le mouvement #MoiAussi

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca