Washington imposera vendredi de nouvelles sanctions à Pyongyang

0

L’administration Trump prévoit annoncer vendredi ce qui est décrit comme la plus importante série de sanctions, jusqu’à maintenant, contre la Corée du Nord, afin d’augmenter la pression sur Pyongyang en lien avec ses tests missiliers et nucléaires, a fait savoir un haut responsable.

Le président américain Donald Trump devrait parler des nouvelles sanctions lors d’un discours en milieu de matinée dans la cadre de la Conservative Political Action Conference (CPAC), et le département du Trésor dévoilera les détails plus tard durant la journée.

Le vice-président Mike Pence avait donné un aperçu du plan, il y a deux semaines, lorsqu’il a prononcé une allocution à Tokyo, en route vers la Corée du Sud, pour assister à l’ouverture des Jeux olympiques. Il avait alors indiqué que des sanctions renforcées étaient à prévoir.

Jeudi, M. Pence a utilisé des termes stricts pour décrire la Corée du Nord lors de son passage à la CPAC, en banlieue de Washington. Il a décrit Kim Jo-yong, la jeune soeur du dirigeant Kim Jong-un, comme un « pilier central du régime le plus oppressif et tyrannique de la planète ».

Mme Kim a assisté à l’ouverture des Jeux à Pyeongchang, et a eu droit à un accueil digne d’une visite d’État de la part du président sud-coréen Moon Jae-in, mais n’a pas rencontré M. Pence. La fille du président Trump, Ivanka, qui a agit aussi en tant que conseillère à la Maison-Blanche, doit assister à la cérémonie de clôture des Jeux.

« Nous nous tenons debout devant les dictatures meurtrières. Et nous continuerons de demeurer implacables jusqu’à ce que la Corée du Nord cesse de menacer notre pays et nos alliés, ou jusqu’à ce qu’ils abandonnent une fois pour toutes leurs missiles nucléaires et balistiques », a indiqué M. Pence.

La Corée du Nord a jusqu’à maintenant résisté à la tactique de la « pression maximale » privilégiée par les États-Unis pour forcer Pyongyang à céder ses armes nucléaires.

L’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, a indiqué jeudi, à l’Université dde Chicago, que les sanctions avaient un impact, puisque la Corée du Nord disposait maintenant de moins d’argent à consacrer à ses tests d’armes balistiques.

« C’est ce fait, plus que toute autre chose, qui a poussé le régime des Kim à tendre la main à la Corée du Sud et pour effectuer une campagne de relations publiques lors des Olympiques », a-t-elle ajouté.

« Leurs sources de revenus se tarissent. Envoyer des meneuses de claques à Pyeongchang était un acte désespéré, et non pas une fierté nationale. »


En complément:

Entretien entre les deux Corées: l’invitation au Nord passée sous silence

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca