Iran: les Gardes révolutionnaires revendiquent la victoire sur les protestataires

0

En Iran, les Gardiens de la révolution ont annoncé dimanche que la nation et ses forces de sécurité avaient mis fin à la vague de mécontentement liée à des manifestations antigouvernementales qui ont débuté le mois dernier, écrit l’Associated Press.

Dans une déclaration publiée sur son site web, la force militaire d’élite a accusé les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite, ainsi qu’un groupe d’opposition en exil appelé Mujahedeen-e-Khalq, d’être à l’origine de la grogne populaire, tout comme des partisans de la monarchie qui fut renversée lors de la Révolution islamique, en 1979.

Des hausses de prix ont provoqué des manifestations dans plusieurs villes et villages, le mois dernier, et au moins 21 personnes ont été tuées lors de heurts dispersés.

Les manifestations, qui ont permis d’exprimer une colère face au taux de chômage élevé et à la corruption, sont les plus importantes recensées au pays depuis l’élection présidentielle de 2009, et certains protestataires ont réclamé le renversement du gouvernement.

Ces derniers jours, les autorités avaient indiqué que les manifestations perdaient en ampleur, mais l’Associated Press n’a pas pu confirmer ces faits de façon indépendante.

Plusieurs protestataires ont par ailleurs dénoncé l’important budget alloué aux Gardiens de la révolution, très proches du pouvoir, ainsi que les coûteuses interventions de l’État à travers le Moyen-Orient, en plus de critiquer le leader suprême lui-même, l’ayatollah Ali Khamenei.

Des centaines de personnes ont été arrêtées depuis le début de la contestation, y compris environ 90 étudiants à l’université, a confié le parlementaire réformiste Mahmoud Sadeghi à l’agence de presse semi-officielle ISNA.

Dimanche soir, Abbas Jafari Dolatabadi, procureur de Téhéran, la capitale, a affirmé que 70 des manifestants détenus avaient été libérés sous caution au cours des 48 dernières heures. Il a ajouté qu’il y aurait d’autres libérations, à l’exception des principaux responsables des émeutes, « dont nous nous occuperons sérieusement ».

Dimanche, toujours, les parlementaires iraniens se sont réunis à huis clos au cours d’une séance où ils ont obtenu des informations de sécurité sur les manifestations et les conditions de détention des personnes arrêtées, a indiqué l’agence de presse gouvernementale IRNA.

« Il a été souligné que des éléments étrangers, et en particulier des éléments originaires des États-Unis, ont joué un rôle de base pour jeter les bases de la récente révolte et la manipuler », a indiqué le parlementaire Jalal Mirzaei.

Les États-Unis et Israël ont exprimé leur appui envers les manifestations, qui ont débuté le 28 décembre dans la deuxième ville en importance d’Iran, Mashhad, mais ont nié les allégations voulant qu’ils aient fomenté la révolte.

Au cours des derniers jours, des partisans du régime iranien ont tenu plusieurs rassemblements à travers le pays pour dénoncer la contestation.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca