LinkedIn, plateforme de prédilection pour les espions chinois

0

La Chine utilise de faux profils du réseau social LinkedIn pour obtenir des informations sur des responsables et des politiciens allemands, a annoncé cette fin de semaine l’agence allemande de renseignement (BfV).

Selon les informations de la BBC, l’agence allègue que les espions chinois utilisent ce site de réseautage professionnel pour cibler au moins 10 000 Allemands, possiblement pour les recruter comme sources.

Le BfV a publié une série de faux profils qui seraient supposément employés à cette fin.

Le chef de l’agence, Hans-Georg Maassen, a précisé que les comptes offraient un aperçu des tentatives chinoises visant à infiltrer la politique allemande à son plus haut niveau.

« Il s’agit d’une vaste tentative de s’infiltrer dans certains parlements spécifiques, dans des ministères et dans des agences gouvernementales », a-t-il déclaré.

La Chine a nié des allégations similaires de cyber-espionnage par le passé, et n’a pas encore répondu aux allégations allemandes.

Le BfV a publié huit des profils que l’agence qualifie de « particulièrement actifs » pour entrer en contact avec des utilisateurs allemands de LinkedIn. Ces profils sont conçus pour sembler attirants pour les autres utilisateurs, et font la promotion de jeunes professionnels chinois… qui n’existent pas.

Parmi les faux comptes, on retrouve « Allen Liu », qui serait gestionnaire en ressources humaines et consultant économique, ainsi que « Lily Wu », qui travaillerait au sein d’un groupe de réflexion dans l’est de la Chine.

Au dire du BfV, les deux comptes sont faux.

L’agence craint de plus en plus que les renseignements chinois emploient cette méthode pour recruter des politiciens de haut rang comme informateurs.

Le BfV a demandé aux utilisateurs croyant avoir été ciblés par des comptes suspects de les contacter.

L’an dernier, le service allemand avait détecté « du cyber-espionnage de plus en plus agressif », y compris des tentatives « croissantes » visant à influencer les élections parlementaires de septembre dernier.

Selon le BfV, le groupe de pirates appelé « Fancy Bear » ou APT28 était particulièrement actif – et il est estimé que ledit groupe serait contrôlé par le gouvernement russe.


En complément:

Facebook vivement critiqué par le renseignement allemand

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca