La plus vieille Bible en latin complète du monde rentre au bercail

0

L’un des plus grands trésors anglo-saxons, la plus vieille Bible en latin complète qui existe au monde, rentre au bercail au Royaume-Uni pour la première fois en 1302 ans.

Selon ce qu’écrit The Guardian, le Codex Amiatinus est une Bible géante produite dans la région britannique de Northumbrie par des moines en 716. Lors de sa complétion, l’ouvrage a été envoyé en Italie comme cadeau pour le pape Grégoire II.

Jeudi, la British Library a annoncé qu’elle avait obtenu un près de la Bibliothèque Laurentienne, à Florence, pour une exposition de grande envergure, en 2018, sur l’histoire, l’art, la littérature et la culture de l’Angleterre anglo-saxonne.

« C’est la plus ancienne Bible complète en latin qui existe encore aujourd’hui », s’exclame Claire Breay, la responsable des manuscrits médiévaux de la Bibliothèque nationale. « Elle n’est jamais rentrée au Royaume-Uni en 1302 ans, mais elle revient pour cette exposition. C’est très excitant! »

Cette Bible est considérée comme l’un des principaux trésors remontant à l’époque anglo-saxonne, mais n’est pas très largement connue à l’extérieur des cercles académiques.

« Je l’ai vue une fois et c’était incroyable », indique Mme Breay. « Même si j’avais lu sur cet ouvrage et que j’en avais vu des photos, lorsque vous voyez le véritable objet… c’est un manuscrit incroyablement impressionnant. »

Une partie de l’attrait tient au volume de cette Bible hors du commun. Elle mesure prêt de 50 centimètres de haut et pèse plus de 34 kilogrammes. Plus d’un millier de peaux d’animaux ont été nécessaires pour produire le parchemin nécessaire à la fabrication du livre.

Il s’agit de l’un des trois ouvrages commandés par Ceolfrith, l’abbé du monastère de Wearmouth-Jarrow, et nécessita des efforts colossaux, a ajouté Mme Breay. Des deux autres ouvrages, l’un a été perdu, et l’autre n’est plus représenté que par quelques fragments appartenant à la British Library.

Ceolfrith a lui-même fait partie de la délégation de moines qui ont emporté la Bible vers l’Italie, mais n’a jamais complété le trajet en personne, et est mort en chemin, en Bourgogne.

Il existe toutefois des preuves que l’ouvrage est bel et bien arrivé en Italie, et a éventuellement abouti au monastère de San Salvatore, en Toscagne, avant de terminer sa course à la bibliothèque Laurentienne, à la fin du 18e siècle.

Le Codex Amiatinus sera exposé aux côtés d’autres manuscrits enluminés, y compris la plus ancienne représentation encore existante des trois rois mages portant des couronnes.

Selon Mme Breay, l’exposition de l’automne 2018 éclairera la population sur la sophistication de la culture anglo-saxonne, une période souvent laissée de côté et surnommée « Âge sombre ».

Toujours en provenance d’Italie, on compte aussi le Livre Vercelli, un manuscrit de poésie datant du 10e siècle. Cet ouvrage effectuera également son premier retour en terre anglaise.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca