4 choses à savoir sur la méditation pleine conscience à l’école

0

La méditation pleine conscience est de plus en plus souvent enseignée à l’école. Quels sont les impacts positifs de cette pratique? Peut-elle aider les enfants? Qu’en dit la science?

Le Détecteur de rumeurs fait le tour de la question.

1— Méditer à l’école: pas dans le programme officiel

À l’heure actuelle, il n’y a pas de cours de méditation intégré au programme québécois d’enseignement primaire et secondaire. Toutefois, de nombreux professeurs à travers la province ont introduit des pratiques de méditation en classe. Plusieurs s’inspirent du programme MindUp, développé par l’actrice américaine Goldie Hawn en collaboration avec des neuroscientifiques et des psychologues. Ce programme anglophone serait utilisé par plus de 1000 enseignants dans la région de Vancouver, ainsi que dans de nombreuses écoles aux États-Unis, en Angleterre et d’autres pays. Au Québec, le manuel pédagogique Mission Méditation développé par la psychologue Catherine Malboeuf-Hurtubise et le chercheur Éric Lacourse est populaire auprès des enseignants.

Ces deux programmes de méditation en classe sont issus du courant de méditation dite « de pleine conscience » (mindfulness), axée sur « l’instant présent ». Popularisée à la fin des années 1970 par Jon Kabat-Zinn, chercheur à l’École de médecine de l’Université du Massachusetts, celle-ci est décrite comme une version sécularisée de la méditation bouddhiste traditionnelle. « Les enfants ne sont pas assis en lotus, il n’y a pas d’encens, pas de chants », explique Catherine Malboeuf-Hurtubise, qui est aussi chercheuse au Groupe de recherche et d’Intervention sur la présence attentive (GRIPA) de l’UQAM.

2— Pas seulement de la méditation

Comme d’autres spécialistes dans son domaine de recherche, Catherine Malboeuf-Hurtubise préfère utiliser le terme « présence attentive » qui décrit mieux ce qui est fait en classe avec les enfants. « La présence attentive est un état dans lequel on porte attention à son expérience du moment, intentionnellement et sans y porter de jugement de valeur. Donc, il n’y a pas seulement des séances de méditation, mais aussi des ateliers pour aider les enfants à développer cette présence attentive à tout moment, même en marchant, en parlant ou en mangeant. »

Comme exercice, on distribue par exemple des canneberges fraîches et on demande aux enfants de toucher, de sentir, de regarder et de goûter à ce petit fruit acidulé, qu’ils sont peu nombreux à connaître. « Cet exercice leur permet de prendre contact avec leurs cinq sens, d’établir un lien entre leur corps, leur esprit et leurs émotions », explique la chercheuse. On fait aussi des pauses éclair, pendant lesquelles les enfants portent attention à l’instant présent et doivent se demander : comment je me sens, quelles sont mes émotions et mes sensations en ce moment. On leur demande aussi de porter attention à leur respiration pendant deux ou trois minutes, les yeux fermés. À force de faire ce type d’exercices, les jeunes s’habituent à prendre des micropauses dans les moments de stress, d’émotivité, d’impulsivité ou de malaise, explique Mme Malboeuf-Hurtubise. « Ils en ressortent plus calmes et plusieurs utilisent ces techniques à la maison. »

3— Des études encore embryonnaires

Selon l’Institut de la statistique du Québec, 12% des élèves du secondaire auraient reçu un diagnostic de trouble de santé mentale tel que l’anxiété, la dépression ou le déficit d’attention. Au Canada, de 14 à 25% des enfants de 4 à 17 ans présentent un trouble de santé mentale entraînant de la détresse et des problèmes importants sur les plans familial, scolaire et social. « Ces difficultés compromettent souvent la réussite scolaire. Ils amplifient aussi les problèmes de relations sociales à l’école et on les associe à l’intimidation dans les milieux scolaires », explique Catherine Malboeuf-Hurtubise dont les recherches en milieu scolaire visent à savoir si l’enseignement de la « présence attentive » peut les aider à surmonter ces difficultés.

La recherche est toutefois embryonnaire. À l’heure actuelle, des méta-analyses ont démontré que la présence attentive et la méditation sont des méthodes prometteuses pour réduire le stress et l’anxiété chez les jeunes, augmenter leur bien-être et les aider à avoir une meilleure gestion de leurs émotions. « Mais pour ce qui est de la dépression, de la santé mentale, on ne sait pas encore », explique la chercheuse. Il faudra aussi vérifier si le nombre de séances hebdomadaires a une incidence sur les bienfaits que les jeunes en retirent, poursuit-elle. « Des recherches, comme celles menées par Nancy Heath à l’Université McGill, indiquent qu’une seule pratique hebdomadaire de la méditation pourrait être suffisante à l’école. »

Surtout, il faudra déterminer si la présence attentive peut aider tous les jeunes ou si elle peut nuire à d’autres, insiste la scientifique. « La présence attentive n’est pas une méthode universelle. Chez certains jeunes et dans certains contextes, la méditation pourrait même augmenter l’anxiété ou la détresse psychologique. C’est pour ces raisons qu’il faut poursuivre les recherches avant de recommander l’implantation d’un cours de présence attentive dans les écoles à l’échelle du Québec. » La scientifique continue donc ses recherches dans des classes ordinaires ainsi qu’avec des élèves qui ont des difficultés d’apprentissage. Elle suivra aussi les enfants de l’école l’Étincelle de Saint-Lambert, de la maternelle à la fin du primaire, pendant 7 ans, comparant des élèves qui font de la méditation avec d’autres qui n’en font pas.

4— Être à l’écoute de ceux qui y répondent mal

Même s’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour en valider scientifiquement les bienfaits, les professeurs qui pratiquent déjà la présence attentive en classe peuvent continuer à le faire. À condition d’être à l’écoute de ceux qui y répondent moins bien ou qui n’aiment pas ces exercices, insiste Mme Leboeuf-Hurtubise. « Je pense que la plupart des professeurs ont cette sensibilité. Ils savent que c’est une un outil supplémentaire à utiliser en classe, pas une baguette magique. »


En complément:

Partagez

À propos du journaliste

Agence Science-Presse