Moscou veut des bonnes nouvelles sur la « gestion à la russe »

0

Les autorités russes ont demandé aux grandes sociétés du pays de leur fournir des informations illustrant l’efficacité de la politique et de la gestion gouvernementale. 

Un document de sept pages, consulté par Reuters, précise quelles « bonnes nouvelles » attend chaque semaine le pouvoir – créations d’emplois, réalisations scientifiques, nouvelles infrastructures, notamment quand ces réalisations ont été faites avec le soutien de l’État.

Ces instructions ont été envoyées le mois dernier par le ministère de l’Énergie à 45 compagnies du secteur de l’énergie et des services, parmi lesquelles Rosneft, Loukoil et Novatek, selon un deuxième document donnant la liste des destinataires.

Cette offensive de relations publiques intervient avant l’élection présidentielle de mars 2018. « La vie de la majorité des gens est devenue plus sereine, plus confortable, plus agréable. Mais les exemples (de cette amélioration) échappent pour beaucoup à l’attention des médias », estime le premier document.

« Notre tâche, grâce à une approche créatrice et rigoureuse, est de sélectionner de tels sujets pour les soumettre aux médias », ajoute le texte, « afin d’alimenter un fil d’informations positives » autour de deux thèmes: « la vie s’améliore » et « comment étaient les choses avant, comment elles sont aujourd’hui ».

Les deux documents étaient joints à une invitation, datée du 9 octobre, envoyée par le ministère de l’Énergie aux responsables des relations publiques des 45 sociétés, dont 17 contrôlées par l’État.

Ces responsables étaient invités à participer à une réunion le 12 octobre au ministère à Moscou pour discuter des moyens de mettre en oeuvre cette opération.

« Célébrer les victoires »

À l’origine de cette invitation, se trouve un haut responsable de la présidence, Sergueï Kiriienko. Ni ce dernier, ni le ministère de l’Énergie n’ont pu être joints pour commenter ces informations, pas plus que le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Reuters a également demandé des réactions aux cinq plus grandes sociétés de la liste – Rosneft, Gazprom, Loukoil, Sourgoutneftegaz et Novatek. Aucune réponse n’a été obtenue. La réunion du 12 octobre a été présidée par le vice-ministre de l’Énergie, Anton Inioutsine. Un responsable de l’administration présidentielle était également présent, selon l’un des participants.

Le premier document de sept pages précise que le gouvernement veut souligner « les victoires et les réussites » des grandes sociétés.

Il demande ainsi que les compagnies fournissent des informations sur la modernisation de certains secteurs de production grâce à l’aide de l’État.

Des exemples sont donnés: l’embauche de 700 salariés par la Sberbank à Togliatti, sur la Volga, un festival pour les mal-entendants financé par une société dans la région de Kaliningrad et l’ouverture d’un centre sportif à Tcherkessk, dans le sud de la Russie.

Le document cite aussi en exemple Evguéni Kosmine, un mineur de l’ouest de la Sibérie dont l’équipe a extrait 1,6 million de tonnes de charbon en juillet dernier, un record mensuel. De quoi rappeler Alexeï Stakhanov, célébré par l’Union soviétique en 1935 pour avoir extrait dans sa journée de travail presque quinze fois plus de charbon que le quota requis…


En complément:

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca