Blogueuse maltaise tuée: Bruxelles veut une enquête approfondie

0

Les dirigeants européens souhaitent que Malte mène une enquête approfondie, avec l’aide de policiers d’autres pays, sur la mort de la journaliste d’investigation Daphné Caruana Galizia, tuée lundi par une bombe placée sous sa voiture. 

Le premier ministre maltais Joseph Muscat, qui avait porté plainte pour diffamation contre Caruana Galizia qui l’accusait de corruption, a promis jeudi une investigation minutieuse. « Nous ne négligerons aucune piste, aucun type de mesure pour nous assurer d’aller au bout de cette affaire », a-t-il dit.

Le président du Parlement européen Antonio Tajani s’est prononcé dans le même temps pour une « enquête internationale afin de pleinement éclaircir un événement d’une gravité sans précédent ». « Le Parlement veut que les enquêteurs n’écartent aucune option », a-t-il insisté.

Antonio Tajani a formulé cette demande lors d’un entretien avec les chefs d’État et de gouvernement réunis en Conseil européen à Bruxelles. Il a dit avoir reçu un large soutien des dirigeants.

Joseph Muscat avait dit avant la réunion que des membres du FBI américain et de la police néerlandaise prêteraient leur concours à l’enquête des autorités maltaises.

Le gouvernement de La Valette a fourni à la presse jeudi les premiers éléments de l’enquête sur l’assassinat de la journaliste de 53 ans, qui tenait un blog extrêmement populaire dans lequel elle dénonçait des affaires de corruption impliquant des responsables politiques de l’île.

L’explosion dans laquelle elle a péri a littéralement soufflé sa voiture et projeté des débris et des restes humains dans un champ bordant la route sur laquelle elle circulait.

« Les premiers éléments à notre disposition portent à croire que la bombe avait été placée sous la voiture et a été déclenchée à distance », à l’aide d’un téléphone portable, a dit la porte-parole du gouvernement.

Emploi de Semtex?

De source proche de la police, on rapporte que du Semtex, un explosif très puissant, aurait été utilisé, ce qui serait une première à Malte.

Joseph Muscat a offert mercredi une forte récompense à quiconque fournirait des informations sur sa mort.

Les trois fils de Daphné Caruana Graziela ont estimé jeudi qu’au lieu de faire une telle offre, le premier ministre devrait démissionner, ce que ce dernier a exclu.

« La police découvrira ou pas qui a ordonné l’assassinat de notre mère mais tant que ceux qui ont conduit le pays là où il en est restent en place, tout cela ne servira à rien, » écrivent-ils sur Facebook.

Le Parlement européen a quant à lui décidé d’organiser mardi un débat sur « la protection des journalistes et la défense de la liberté des médias à Malte ».

L’île méditerranéenne est le plus petit des pays de l’UE mais abrite un vaste secteur financier et sert de plateforme pour l’industrie du jeu en ligne qui prospère sur le continent. « Malte est une Mecque pour le blanchiment d’argent et l’évasion fiscale », accuse l’eurodéputé écologiste Sven Giegold.

« Le centre du pouvoir souffre d’une culture de l’impunité comme pratiquement aucun autre pays dans l’UE. L’Europe ne peut plus fermer les yeux sur la manière dont l’Etat de droit est floué à Malte », dit-il.

Joseph Muscat rejette les critiques selon lesquelles il aurait permis à de riches étrangers d’exercer une grande influence sur l’île. Il assure que le secteur des services financiers à Malte est aussi transparent et respectueux des normes que les autres pays européens.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca