La première centrale éolienne flottante au monde entre en fonction

0

La première centrale éolienne flottante a commencé à produire de l’énergie destinée au réseau électrique écossais.

Selon ce que rapporte la BBC, cinq turbines géantes ont été attachées au plancher océanique à environ 25 kilomètres de l’Aberdeenshire, dans l’est de l’Écosse.

La centrale a été officiellement inaugurée par Nicola Sturgeon, la première ministre écossaise. Celle-ci a déclaré que le projet, qui générera suffisamment d’énergie pour alimenter environ 20 000 maisons, représentait « l’engagement international » de l’Écosse en matière d’énergie renouvelable.

Les éoliennes géantes mesurent 175 mètres du niveau des flots jusqu’à l’extrémité des pales. Sous l’eau, on compte 78 mètres d’équipements divers et de liens qui permettent de s’accrocher au plancher de la Mer du Nord.

Voilà plus de 15 ans que l’entreprise norvégienne Statoil, spécialisée en énergie, travaille au développement du projet, surnommé Hywind.

L’aspect flottant des éoliennes permet à celles-ci d’être installées dans des eaux bien plus profondes que dans le cas d’une centrale éolienne maritime conventionnelle.

Cette nouvelle centrale est ainsi située dans des eaux dont la profondeur peut atteindre 129 mètres, alors que celles strictement arrimées au plancher de l’océan se trouvent habituellement au-dessus de 50 mètres d’eau maximum.

Selon Statoil, jusqu’à 80% des sites potentiels pour des centrales éoliennes offshore se trouvent dans des eaux profondes de plus de 60 mètres.

L’entreprise dit croire que les turbines flottantes ont le potentiel de fonctionner pour des profondeurs allant jusqu’à 800 mètres.

« La prochaine génération »

Mme Sturgeon a ajouté que « ce projet pilote souligne le gigantesque potentiel éolien offshore de l’Écosse, et positionne celle-ci à l’avant-scène de la course mondiale en vue du développement de la prochaine génération de technologies éoliennes offshore« .

« En plus des avantages verts de l’énergie renouvelable, cela contribue également de façon importante à notre économie. Je suis heureuse que des fournisseurs écossais ont contribué au projet Hywind, du développement à la phase de production, et soient encore impliqués dans les démarches visant à évaluer le potentiel à long terme. »

Pour Claire Mack, présidente de Scottish Renewables, « la présence de Hywind dans les eaux écossaises est un rappel qu’en temps que pays le plus venteux d’Europe, et l’un de ceux possédant certaines des eaux les plus profondes et les sites éoliens offshore parmi les plus prometteurs, l’Écosse est parfaitement placée pour capitaliser sur la technologie des turbines flottantes. »

Le projet ne fait toutefois pas l’affaire de tous. L’organisme caritatif de protection des oiseaux RSPB Scotland s’oppose ainsi à ce genre de développement, non pas parce qu’il est en désaccord avec la technologie, mais parce qu’on y estime que trop de turbines offhsore ont déjà été approuvées dans la région.

On craint ainsi que des milliers d’oiseaux marins soient tués par les pales.

Les nouvelles turbines ont été positionnées en août après avoir été remorquées à partir de la Norvège.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca