Devant le Parti communiste chinois, Xi Jinping veut une « modernité socialiste »

0

Le président chinois Xi Jinping a ouvert mercredi le 19e Congrès de Parti communiste chinois, à Pékin, en promettant de bâtir un « pays socialiste moderne » ouvert sur le monde, sans calquer de système politique étranger. 

Dans un discours long de trois heures et demie diffusé à la télévision nationale, le dirigeant chinois s’est adressé aux quelque 2000 délégués du Parti réunis à Pékin dans le Palais de l’Assemblée du Peuple.

À l’issue du Congrès d’une semaine qui devrait consacrer Xi Jinping pour un second mandat de cinq ans aux pouvoirs renforcés, les nouveaux membres du comité permanent du Politburo, dernier échelon du Parti, seront sélectionnés.

« Par une longue période de travail ardu, le socialisme avec des caractéristiques chinoises est entré dans une nouvelle ère, c’est une nouvelle direction historique dans le développement de notre pays », a-t-il déclaré.

Sur le front économique, le président chinois s’est présenté en défenseur d’une économie mondiale ouverte, dans laquelle le développement de la Chine n’est une menace pour personne. La Chine va laisser le marché jouer un rôle décisif dans l’allocation des ressources économiques, a-t-il dit.

Pékin va maintenir des réformes structurelles axées sur l’offre, continuer de réduire les surcapacités de production et poursuivre ses efforts de désendettement, a-t-il poursuivi.

Appelant à ouvrir les portes de l’économie chinoise, le dirigeant a annoncé sa volonté de faciliter les investissements étrangers.

Le gouvernement chinois « va améliorer les règles et les pratiques qui entravent un marché unifié et une concurrence équitable, soutenir le développement des entreprises privées et stimuler la vitalité de toutes les entités du marché », a-t-il dit.

Si l’accent est mis sur l’initiative privée, Xi a insisté sur le « renforcement, l’amélioration et le développement du capital public, la prévention de la perte de biens gouvernementaux, la réforme approfondie des entreprises publiques, le développement d’une économie mixte et la promotion d’entreprises de niveau mondial ».

La Chine va approfondir les réformes de marché de sa devise et de son système financier, tout en renforçant le rôle des entreprises publiques dans l’économie, a-t-il ajouté.

Évoquant le secteur immobilier, ciblé par des mesures gouvernementales pour endiguer la spéculation, Xi Jinping a réitéré que les maisons étaient faites pour se loger, et non pour en tirer des bénéfices, un principe introduit en décembre dernier pour lutter contre la flambée des prix.

Corruption, Taïwan

Les observateurs estiment que certaines réformes s’annoncent douloureuses, y compris celle du secteur public pléthorique et grevé de dettes, la transformation de la fiscalité pour répondre à la dette des autorités locales et l’imposition de nouvelles taxes immobilières pour limiter la spéculation.

Le président chinois a défendu un respect strict de l’intégrité territoriale de la Chine, et fermé la porte à l’indépendance de Taïwan.

La Chine s’est fermement opposée à l’indépendance de Taïwan au cours des cinq dernière années et l’a empêchée d’advenir, a-t-il souligné, rappelant le principe de « Chine unique » au territoire vu comme une province sécessionniste. Toute tentative de sédition sera étouffée, a-t-il ajouté.

Dressant le bilan des cinq dernières années, le président chinois a salué en outre la dynamique « extraordinaire » de la campagne de lutte contre la corruption.

Depuis son accession au pouvoir il y a près de cinq ans, plus d’un million de responsables politiques ont été sanctionnés et des dizaines d’entre eux emprisonnés, dont de nombreux rivaux.

La corruption reste la première menace pesant sur le Parti communiste, a-t-il ajouté, avant de souligner que cette lutte ne devait jamais cesser et serait toujours « en cours ».

Le gouvernement va mettre en place un groupe consacré à la promotion de l’État de droit, a ajouté Xi Jinping, qui a en outre annoncé la construction d’un espace internet « propre et transparent » et la poursuite des campagnes anti-pollution.

Premier émetteur mondial de gaz à effet de serre devant les États-Unis, la Chine doit coopérer avec les autres pays pour lutter contre le réchauffement et assurer la survie du genre humain, a déclaré Xi Jinping.

Le système politique de la Chine reste le plus large, le plus authentique et le plus efficace pour préserver les intérêts fondamentaux du peuple, a-t-il ajouté. « Nous n’avons pas à copier mécaniquement les systèmes politiques d’autres pays », a-t-il déclaré.

Il a par ailleurs promis de créer une armée de calibre international et de renforcer la lutte contre le terrorisme et les extrémismes, afin de garantir la sécurité nationale.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca