Trump refuse de se laisser influencer sur l’Iran

0

Les pressions exercées sur Donald Trump afin qu’il change d’attitude vis à vis de l’accord sur le programme nucléaire iranien n’ont pour l’heure donné aucun résultat, si bien que le président américain d’apprête à « décertifier » cet accord, au risque d’isoler les États-Unis. 

Donald Trump doit dire d’ici dimanche si l’Iran est en conformité avec les engagements qu’il a pris en signant le Plan d’action conjoint commun (JCPOA), le nom officiel de l’accord signé à Vienne en juillet 2015.

Le président américain pourrait dévoiler sa décision dès vendredi à l’occasion de la présentation de sa nouvelle stratégie vis-à-vis de l’Iran, rapportent certains médias.

Selon des fuites à la Maison-Blanche, Donald Trump, qui dénonce depuis des mois le « pire accord jamais conclu », ne certifiera pas l’accord et devrait transmettre le dossier au Congrès des États-Unis.

À Washington, comme en Europe, des voix se sont pourtant élevée pour tenter de convaincre le président américain de renoncer à son projet, en vain jusqu’à présent.

Le traité a été signé par l’Iran, les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Union européenne. Il vise à limiter les activités nucléaires de la République islamique en échange de la levée des sanctions internationales contre la République islamique.

Téhéran a accepté de réduire le nombre de ses centrifugeuses, qui passeraient de 19 000 à environ 6100. Sur ces centrifugeuses restantes, seules 5100 seraient utilisées pour enrichir de l’uranium.

Mais depuis que Donald Trump a annoncé qu’il ne certifierait pas l’accord, ses conseillers lui ont proposé une série d’options à envisager, a-t-on appris auprès d’un haut responsable de l’administration.

« Ils ont proposé un plan qui préserve ce sur quoi ils ont des inquiétudes sans qu’il soit ‘recertifié’, ce que le président a très clairement dit qu’il ne ferait pas », a dit ce responsable.

Donald Trump a été averti par ses partenaires internationaux et par plusieurs parlementaires américains que son refus de certifier l’accord ne le remettrait pas en question, a ajouté la source

Le président américain devrait dévoiler un projet hostile à l’Iran censé empêcher Téhéran de poursuivre ses activités nucléaires et le développement de missiles balistiques tout en tarissant le soutien financier iranien au mouvement chiite libanais Hezbollah et à d’autres groupes extrémistes.

Pour Donald Trump, l’accord de 2015 penche bien trop en faveur de l’Iran et il ne suffira pas à empêcher Téhéran de développer une arme nucléaire.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca