Veep, The Complete Sixth Season: présidente un jour…

2

Même si le règne de Selina Meyer s’est abruptement terminé après moins d’un an au pouvoir, les amateurs de Veep peuvent être rassurés : la sixième saison de la série est aussi hilarante, et aussi politique, que les précédentes.

À la fin de la cinquième saison (lire notre critique ici), Selina Meyer a perdu la présidence des États-Unis par une seule voix lors d’un vote au Congrès visant à départager le gagnant d’une élection au résultat nul. Cette nouvelle saison de Veep s’amorce un an plus tard, alors que Meyer consacre ses journées à son héritage politique, entre le choix du peintre qui fera son portrait officiel, sa biographie, la recherche de financement pour la bibliothèque présidentielle qui portera son nom, et sa fondation, qui vise à lutter à la fois contre l’analphabétisme et le sida, mais comme la politicienne n’a toujours pas digéré son éviction de la Maison-Blanche, se pourrait-il qu’elle soit en train de planifier son retour en vue de la prochaine élection?

Maintenant que Selina Meyer et son équipe d’incompétents ne sont plus au pouvoir, on aurait pu penser que la sixième saison de Veep serait un peu moins intéressante que les précédentes, mais ce n’est pas le cas, bien au contraire. Avec une plume toujours aussi caustique, la série explore cette fois-ci une facette beaucoup moins connue de la présidence, soit le retour à la vie « normale », sans négliger pour autant les coulisses du gouvernement, grâce au personnage de Jonah Ryan qui, après avoir réussi à se faire élire au Congrès, se lancera dans une véritable croisade pour éliminer l’heure avancée, sous prétexte qu’elle suscite trop de confusion dans la population.

Si la série a toujours été mordante, cette sixième saison de Veep semble vouloir repousser les limites de la rectitude politique encore plus loin, en se moquant allègrement des fondations pseudo-humanitaires que mettent sur pied les anciens présidents, ou leur participation à de nombreux conseils d’administration bidon ainsi que leurs missions diplomatiques ou économiques à l’étranger. Chaque épisode propose son lot de répliques décapantes, comme : « Où sont ces foutus tsunamis quand on en a besoin? », ou « Uber a été inventé par des milléniaux trop paresseux pour apprendre à conduire saouls ». Les auteurs iront même jusqu’à faire une blague sur la mort de Lady Di. Ouch.

Avec son rôle de Selina Meyer, une femme superficielle, sans aucune intégrité ou empathie envers les autres (pas même sa propre fille), Julia Louis-Dreyfus est bien sûr la vedette principale de Veep, mais elle est aussi entourée d’acteurs chevronnés qui font preuve d’un sens inné de la comédie, et cette nouvelle saison permet de renouer avec les Tony Hale (Gary), Anna Chlumsky (Amy), Reid Scott (Dan), Matt Walsh (Mike), ainsi qu’avec Kevin Dunn (Ben) et Gary Cole (Kent), qui travaillent tous deux pour Jonah Ryan (Timothy Simons) maintenant. On reverra brièvement Hugh Laurie, l’ancien vice-président de Meyer, et du côté des nouveaux venus, mentionnons la présence de Margaret Colin (Independence Day, The Devil’s Own).

Le coffret Veep: The Complete Sixth Season contient les dix épisodes de trente minutes chacun sur deux disques au format Blu-ray, et s’accompagne également d’un code pour télécharger une copie numérique. On ne retrouve pas des tonnes de matériel supplémentaire sur l’édition, mais sept des dix épisodes possèdent une piste de commentaires où les comédiens principaux de la série partagent des anecdotes et des secrets de tournage.

Si vous êtes de ceux qui pensent que l’humour est trop gentil et que les comédies n’osent pas assez souvent s’en prendre au monde, pourtant ridicule, de la politique, vous dégusterez Veep, une série télévisée aussi cynique que notre époque actuelle, mais beaucoup plus drôle.

8.5/10

Veep : The Complete Sixth Season

Réalisation : David Mandel, Craig Zisk, Becky Martin, Dale Stern, Beth McCarthy-Miller, Morgan Sackett, Brad Hall

Scénario : Armando Iannucci, Lewis Morton, Alex Gregory, Peter Huyck, Billy Kimball, Rachel Axler, Gabrielle Allan, Jennifer Crittenden, Steve Hely, Ian Maxtone-Graham, Ted Cohen, Erik Kenward, David Mandel

Avec : Julia Louis-Dreyfus, Anna Chlumsky, Tony Hale, Reid Scott, Timothy Simons et Clea Duvall
Durée : 285 minutes
Format : Blu-ray (2 disques)
Langue : Anglais, français et espagnol

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

2 commentaires

  1. Pingback: Crise d’identité corporative pour Silicon Valley: The Complete Fourth Season

  2. Pingback: Captive State, ou la tyrannie des étoiles – Enjeux énergies et environnement

Répondre