Le monstre qui bloque les égouts de Londres

0

Un fatberg pesant l’équivalent de 11 autobus à deux étages et s’étendant sur une distance correspondant à la longueur de deux terrains de soccer obstrue une portion du réseau d’égouts vieillissant de Londres.

Selon ce qu’écrit The Guardian, cette masse solidifiée formée de graisses, de serviettes nettoyantes et de couches est l’une des plus importantes jamais découvertes et aurait pu entraîner des inondations d’eaux usées dans les rues de Whitechapel, dans l’est de la capitale britannique, si elle n’avait pas été découverte lors d’une inspection de routine plus tôt ce mois-ci.

Des travailleurs munis de pelles et de jets à haute pression travaillent maintenant d’arrache-pied, sept jours sur sept, pour détruire l’intrus encombrant. Cette tâche peu ragoûtante devrait prendre trois semaines.

Le responsable des réseaux d’égouts pour l’organisation Thames Water, Matt Rimmer, a déclaré que « ce fatberg est l’un des plus gros jamais vus. C’est un véritable monstre qui nécessite beaucoup de main-d’oeuvre et de machinerie pour s’en débarrasser, puisque le tout est solide comme le roc ».

« En gros, c’est comme tenter de casser du béton. C’est frustrant, puisque ces situations peuvent être évitées et son causées par des graisses et de l’huile jetées dans les tuyaux des éviers, et que des serviettes sont jetées dans les toilettes. »

Le fatberg pèserait 130 tonnes et s’étirerait sur 250 mètres, soit 10 fois la taille de celui découvert dans un égout de Kingston, un autre quartier de Londres, en 2013.

Les travailleurs tentant de détruire le fatberg portent des vêtements protecteurs spéciaux et devront parfois s’attaquer à la masse avec des pelles. Les déchets seront ensuite transposés dans des réservoirs et emportés vers l’usine de recyclage de Stratford.

« Nous examinons les égouts régulièrement, mais ces choses peuvent apparaître très rapidement et provoquer d’importants problèmes d’inondations, alors que les déchets se bloquent dans les tuyaux », ajoute M. Rimmer. « Il est heureux que, dans ce cas, nous n’ayons dû fermer que quelques cases de stationnement pour atteindre l’égout. Souvent, nous devons fermer des rues entières, ce qui peut provoquer d’importants retards et détours, particulièrement à Londres. »

Des inspections réalisées à l’aide de caméras ont déterminé que l’égout de 1,2 mètre de haut par 70 centimètres de large était complètement bloqué par le fatberg.

Thames Water affirme dépenser environ 1 million de livres sterling par mois pour venir à bout d’obstructions dans ses égouts de Londres et de la vallée de la Tamise – une moyenne de trois obstructions par la graisse à chaque heure.

Plus tôt cette année, la compagnie a annoncé qu’elle tenterait d’évaluer si les fatbergs pourraient être convertis en biodiesel.

Mais M. Rimmer soutient que la véritable solution consiste à faire en sorte que les consommateurs et les entreprises jettent les graisses et les serviettes nettoyantes aux poubelles. Des ingénieurs ont également visité des restaurants pour discuter de la façon dont ceux-ci se débarrassent des graisses et des déchets alimentaires, en plus d’offrir des conseils pour se procurer des équipements permettant de récupérer les graisses.

« Oui, une bonne partie du gras provient des restaurants, mais les serviettes et autres items sanitaires sont bien plus nombreux du côté des immeubles et résidences », dit-il. « Les égouts ne sont pas un abysse pour les déchets domestiques et notre message pour tous est clair: s’il vous plaît, jetez, n’obstruez pas. »

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca