En Russie, un film sur Nicolas II alimente les tensions

0

D’importants responsables russes cherchent à calmer « l’hystérie » entourant un nouveau film dépeignant l’histoire d’amour entre le dernier tsar russe et une ballerine, dans la foulée d’incendies criminels et de menaces contre les cinémas.

Selon l’Associated Press, le ministre de la Culture Vladimir Medinski a écrit mercredi sur Twitter que Matilda était simplement « un film ordinaire ».

De son côté, le porte-parole du président Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, a confié mercredi à la presse que la pression sur les cinémas était « inacceptable », et qu’il condamnait la « forme déplaisante » qu’avait adoptée le débat sur le film.

Le film – qui n’est pas encore sorti – a provoqué de vives critiques de la part de nationalistes et de certains chrétiens orthodoxes en Russie. Bien que la plupart des gens acceptent que la relation extraconjugale ait eu lieu, ils maintiennent que sa représentation dans le film a été modifiée et que le tout est rapporté de façon vulgaire.

Nicolas II a été assassiné par les bolchéviques et canonisé par l’Église orthodoxe en 2000.

Dans une déclaration à l’intention de l’agence de presse TASS, mercredi, M. Medinski a soutenu « qu’il n’y avait rien, dans le film, qui soit insultant pour la mémoire de Nicolas II, ou pour l’histoire de la monarchie russe ».

Le ministre a demandé à la population de « respecter la loi, le sens commun et d’avoir du respect pour les autres », en plus de demander aux autorités de protéger les cinémas et leur public.

La plus importante chaîne de cinémas de la Russie a annoncé mardi avoir contacté la police en lien avec des menaces reçues à propos de Matilda, et qu’elle ne présenterait pas le film en raisons de craintes en matière de sécurité.

Si le ministre Medinski a affirmé que la décision de cette chaîne découlait de la prérogative de ses propriétaires, il a soutenu que les tentatives visant à faire pression sur les salles étaient « un véritable geste illégale et de la censure », a ajouté l’agence TASS.

De son côté, M. Peskov soutient que toute forme d’extrémisme en Russie devrait faire l’objet d’une enquête de la part des services de sécurité.

Deux voitures ont été incendiées, plus tôt cette semaine, à l’extérieur du bureau de l’avocat du réalisateur Alexeï Uchitel, et des pancartes portant l’inscription « brûlez pour Matilda » auraient été découvertes près de l’endroit. Le mois dernier, des assaillants ont tenté de mettre le feu au studio de M. Uchitel.

Ce dernier martèle que les spectateurs ayant visionné le film en avant-première ont réagi de façon positive, et a appelé l’État à assurer la sécurité des cinéphiles.

Matilda doit sortir sur les écrans russes le 26 octobre.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca