Corée du Nord: Washington persiste et signe

0

Le secrétaire américain au Trésor, Steve Mnuchin, a averti mercredi qu’au cas où les Nations unies ne se mettraient pas d’accord pour imposer de nouvelles sanctions à la Corée du Nord, les États-Unis imposeraient leurs propres sanctions aux pays commerçant avec Pyongyang. 

« Un décret a été préparé. Il est prêt à être présenté au président (Donald Trump). Il m’autorisera à cesser toute relation commerciale et à imposer des sanctions à quiconque commercera avec la Corée du Nord », a dit le secrétaire au Trésor.

« Le président l’examinera en temps voulu une fois qu’il aura donné à l’Onu le temps d’agir », a déclaré Steve Mnuchin aux journalistes qui l’accompagnaient dans un avion vers Washington, de retour du Dakota du Nord où Donald Trump a prononcé un discours sur la réforme fiscale.

Les États-Unis vont demander au Conseil de sécurité de l’ONU la mise en place d’un embargo sur le pétrole contre la Corée du Nord et l’interdiction d’importer des produits textiles nord-coréens ou d’employer des ressortissants de ce pays à l’étranger.

Washington entend également réclamer un gel des avoirs du dirigeant Kim Jong un et lui imposer une interdiction de territoire.

L’ambassadrice des États-Unis à l’Onu, Nikki Haley, a précisé qu’elle souhaitait que les 15 membres du Conseil de sécurité se prononcent sur ce projet de résolution lundi mais la Russie a jugé cette date « un peu prématurée ».

Le système antimissile crée des frictions

Par ailleurs, des manifestants ont affronté la police, jeudi, dans un village de Corée du Sud situé à proximité du site où ont été déployés les quatre derniers lanceurs du système de défense antimissile américain THAAD, censé protéger le pays contre la Corée du Nord.

Quelque 8000 policiers ont été envoyés dans le village de Soseong-ri, situé sur la seule route qui mène à un ancien parcours de golf où ont déjà été installés deux lanceurs et un puissant radar.

Le site se trouve à un peu plus de 200 km au sud de Séoul, près de Seongju.

Les heurts ont fait 38 blessés parmi les manifestants, dont 21 ont été hospitalisés.

Les villageois se disent hostiles au déploiement de THAAD en raison des nuisances occasionnées par le va-et-vient incessant de dizaines d’hélicoptères, fourgons et camions militaires dans le secteur.

Le déploiement du système THAAD est vivement critiqué par la Chine, qui y voit une atteinte à sa souveraineté territoriale – les radars américains étant capables de balayer le continent en profondeur – et à l’équilibre de sécurité régionale.

Le ministère sud-coréen justifie l’acquisition de ce système par la menace représentée par les nombreux tirs de missiles effectués ces derniers mois par la Corée du Nord, toujours techniquement en guerre avec le Sud.

Pékin en manoeuvres

Enfin, l’armée de l’air chinoise a effectué des manoeuvres près de la péninsule de Corée, s’entraînant à se protéger contre une « attaque surprise » venant de la mer, rapportent jeudi les médias officiels chinois.

Ces exercices ont eu lieu mardi, deux jours après le sixième essai nucléaire nord-coréen. Ils ont impliqué un bataillon de défense anti-aérienne près du golfe de Bohai, qui sépare la Chine de la péninsule coréenne, précise un site officiel de l’armée, www.81.cn.

Certains armements ont été testés pour la première fois pour abattre des cibles à faible altitude venant de la mer, ajoute le site, sans autres détails.

Ces exercices « ne visent aucun objectif ou pays » en particulier et s’inscrivent dans le cadre d’un plan annuel, a déclaré le ministère de la Défense mercredi soir sur son site.

Après des semaines de crise dans la région, la Corée du Sud et les Etats-Unis discutent du déploiement de porte-avions et de bombardiers stratégiques vers la péninsule coréenne.

La Chine voit d’un mauvais oeil tout renforcement des capacités militaires américaines dans la région. Elle a déjà très vivement critiqué le déploiement en Corée du Sud du système américain THAAD de défense anti-missile.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca