Jacob Zuma survit à une (autre) motion de défiance

0

Le Parlement sud-africain a rejeté mardi par 198 voix contre 177 la motion de défiance déposée par l’opposition contre le président Jacob Zuma, qui n’a cependant pas fait le plein de voix parmi les députés de l’ANC, le Congrès national africain au pouvoir depuis la fin de l’apartheid. 

C’est la neuvième fois que le chef de l’État, au pouvoir depuis 2009, survit à une motion de défiance. Mais pour la première fois, les députés étaient appelés à se prononcer à bulletins secrets, et non plus par un scrutin public. La présidente du Parlement, Baleka Mbete, a précisé que neuf députés eux s’étaient abstenus.

En décidant lundi de procéder à un vote à bulletins secrets, elle avait donné l’espoir à l’opposition qu’une partie des 249 députés du Congrès national africain (ANC) oseraient voter contre Zuma, qui, à 75 ans, est fragilisé par les accusations à répétition de corruption et de mauvaise gestion du pays.

Ouvrant les débats, Mmusi Maimane, le leader de l’Alliance démocratique (opposition), avait appelé les parlementaires à « avoir le courage » de l’évincer. « Je vous implore de donner la priorité au peuple d’Afrique du Sud et de voter pour destituer aujourd’hui Jacob Zuma », avait-il dit.

Mais pour parvenir à ses fins, l’opposition devait rallier les voix de 50 élus de l’ANC. Elle n’y est pas parvenue. L’ANC lui-même est profondément divisé, mais le parti a battu le rappel de ses troupes, même s’il n’a pas fait le plein de voix autour de son président.

Pour l’opposition, le fait que les 249 députés de l’ANC n’aient pas unanimement rejeté la motion de défiance montre que le soutien pour Jacob Zuma s’effrite.

Selon Julius Malema, membre de l’organisation d’extrême gauche Combattants pour la liberté économique (EFF), 26 membres de l’ANC ont voté avec l’opposition et neuf se sont abstenus.

« Ils abreuvent les médias de leur propagande selon laquelle l’ANC n’est plus soutenu par le peuple. C’est dans leur imagination », a lancé Jacob Zuma après l’annonce du résultat de la motion de défiance. « L’ANC est soutenu par une écrasante majorité », a-t-il dit avant de se mettre à chanter et de raconter quelques plaisanteries.

Au cours du débat ayant précédé le vote, la vice-présidente du groupe parlementaire du Congrès national africain, Doris Dlakude, avait déclaré que cette motion était une tentative de prise du pouvoir de l’opposition et avait appelé les députés à la rejeter « avec le mépris qu’elle mérite ».

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca