Combattre les insectes… avec des insectes

0

Un géant technologique relâchera jusqu’à 20 millions de moustiques remplis de bactéries, cet été, dans la ville de Fresno, en Californie. Et cela est supposé est une bonne chose.

Cette campagne « d’essaimage », qui devait débuter vendredi dernier, fait partie d’une stratégie mise au point par l’unité Life Sciences de Verily, une division d’Alphabet, la maison-mère de Google. Traités par des machines, précise le Connecticut Post, ces moustiques mâles sont infectés par une bactérie qui, si elle est inoffensive chez les humains, entraîne la production d’oeufs qui n’écloront pas lorsque les mâles féconderont des femelles – cela devrait, normalement, réduire le nombre de moustiques et ralentir la transmission des maladies qu’ils transportent.

La cible de ces moustiques? Aedes aegypti, une espèce qui transporte des virus comme le zika, la fièvre dengue et le chikungunya. L’espèce est considérée comme invasive dans la vallée centrale de la Californie, les premiers individus ayant été détectés à Fresno en 2013.

Après être devenue une division à part entière d’Alphabet en 2015, Verily a connu une croissance rapide, se lançant dans plusieurs projets liant la technologie et des enjeux de santé, concluant des partenariats avec l’industrie pharmaceutique et recueillant des sommes importantes, y compris 800 millions de la part de la firme d’investissement de Singapour Temasek Holdings.

Alors que le projet portant sur les moustiques, appelé Debug, ne générera pas de revenus à court terme, il s’agit d’une chance, pour Verily, de démontrer ses capacités techniques dans le domaine de la santé publique.

« Si nous pouvons démontrer que cette technique peut fonctionner, je pense que nous pouvons en tirer une entreprise rentable, parce que l’impact de ces moustiques est énorme », a déclaré Linus Upson, ingénieur en chef chez Verily, qui a aidé à créer le navigateur web Chrome, chez Google, et qui est maintenant à la tête de Debug.

Les moustiques de Verily ne sont pas modifiés génétiquement. Ils sont plutôt infectés par un type particulier de bactérie appelée Wolbachia. Lorsque les individus contaminés se reproduisent avec des femelles dans la nature, ils créent des oeufs non viables, ce qui entraîne un déclin de la population à terme. De plus, les moustiques mâles ne piquent pas, ce qui signifie que les habitants de Fresno ne seront pas condamnés à se gratter davantage pendant l’été.

L’entreprise n’est pas la première à employer des moustiques Wolbachia à des fins de contrôle de la population. Des organisations telles que la Fondation Bill et Melinda Gates utilisent ces moustiques depuis plus d’une décennie, menant des projets pilotes dans des pays comme l’Indonésie et le Brésil. La contribution de Verily a consisté à créer des machines qui trient, comptent et séparent les moustiques selon leur sexe, ce qui rend possible la production de grandes quantités de ces insectes pour des projets de grande envergure. Le projet de Fresno sera la plus importante libération de moustiques stériles en territoire américain, mentionne la compagnie.

Un taux minimal de sept moustiques Wolbachia pour un moustique mâle normal est nécessaire pour contrôler la population, selon Steve Mulligan, gestionnaire de district du Consolidate Mosquito Abatement District, qui comprend les sections de Fresno faisant partie du projet.

Verily prévoit relâcher un million de moustiques par semaine pendant une période de 20 semaines, dans deux zones d’un peu plus de 1,2 kilomètre carré chacune. La camionnette de dissémination des insectes a commencé vendredi dernier à circuler sur les routes du comté.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca