La nouvelle fonctionnalité de Messenger? La publicité

0

Après avoir forcé les utilisateurs de Facebook à adopter l’application séparée Messenger pour continuer à clavarder, voilà que le réseau social est sur le point d’imposer des publicités aux gens utilisant cette fonctionnalité.

Comme l’écrit The Guardian, Facebook a fait savoir mardi qu’il testait l’affichage publicitaire sur son application Messenger à l’échelle mondiale, alors que le plus grand réseau social de la planète cherche à monétiser davantage son service de clavardage, utilisé par 1,2 milliard de personnes à chaque mois.

Ces publicités seront affichées sur la page principale de l’application mobile, a précisé Facebook, avant d’ajouter que les utilisateurs cliquant sur les publicités navigueront vers la page web du publicitaire, ou vers une fenêtre de clavardage où ils pourront échanger avec des représentants de la marque. Facebook permettait précédemment aux entreprises de dialoguer directement avec les utilisateurs de Messenger et de leur envoyer du contenu commandité.

La décision fait suite à des premiers essais menés par la compagnie en Australie et en Thaïlande, en janvier, et représente une étape cruciale visant à poursuivre la monétisation du bassin d’utilisateurs à travers ses plateformes toujours plus diverses et isolées les unes des autres, qui regroupent le principal réseau social, Messenger, Instagram et WhatsApp. Des quatre, seul WhatsApp n’affiche pas de publicités.

Facebook obtient environ 85% de ses revenus publicitaires à partir des plateformes mobiles, mais les entrées d’argent via la principale plateforme devraient ralentir cette année, ce qui augmente d’autant l’importance des revenus générés par les autres déclinaisons de la compagnie.

Mais il reste encore à voir comment les utilisateurs de Messenger réagiront à l’insertion de publicités sur l’écran d’accueil de l’application. Les internautes pourront temporairement bloquer certaines annonces, mais pas le flux publicitaire dans son entièreté.

Dans un monde regorgeant de bloqueurs publicitaires pour les navigateurs web, les applications indépendantes comme Facebook et Twitter ont réussi à demeurer isolées de cette tendance, et un endroit où il est pratiquement certain de pouvoir afficher ses publicités, un avantage pour les annonceurs. D’autant plus que Facebook possède des réserves quasi-infinies de données personnelles sur ses utilisateurs, le tout couplé à des méthodes de ciblage marketing particulièrement efficaces.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca