Publicité: les médias américains veulent négocier avec Google et Facebook

0

Divers médias américains cherchent à obtenir la permission du Congrès pour s’arroger le droit de négocier conjointement avec Google et Facebook, deux entreprises qui dominent quasi-totalement les marchés de la publicité en ligne et de la diffusion de contenus d’information sur internet.

La News Media Alliance, qui représente quelque 2000 médias, a indiqué que la position de force des deux compagnies avait forcé les entreprises journalistiques à « agir selon leurs règles sur la façon dont les nouvelles et les informations sont affichées, classifiées et monétisées ».

« Ces règles ont transformé les nouvelles en une commodité comme les autres et permis la multiplication des fausses nouvelles, qui sont fréquemment impossibles à distinguer des véritables informations », a indiqué le regroupement dans un communiqué publié lundi.

Il ne sera pas facile d’obtenir une exemption aux règles antitrust de la part du Congrès afin de négocier en tant qu’un seul groupe, écrit l’Associated Press. Mais le président de l’Alliance, David Chavern, a indiqué en entrevue que tenter sa chance était mieux que de ne rien faire du tout.

L’industrie médiatique a été grevée par le déclin du nombre de lecteurs de la presse écrite, et par une perte massive des revenus publicitaires depuis le passage au web.

Les médias veulent de meilleures protections en matière de propriété intellectuelle, un appui destiné aux modèles fonctionnant par abonnement, ainsi qu’une plus grosse part du gâteau publicitaire. Ensemble, Google et Facebook représentent 60 % du marché publicitaire numérique américain pour l’année en cours, selon la firme de recherche eMarketer.

Campbell Brown, chef des partenariats média chez Facebook, a fait savoir par voie de communiqué que l’entreprise « s’engageait à favoriser l’essor du journalisme de qualité sur Facebook. Nous accomplissons des progrès dans le cadre de notre travail avec les médias, et nous avons encore du travail à faire. »

La compagnie a par exemple mentionné qu’elle testait de nouveaux produits visant à aider ses utilisateurs à découvrir des nouvelles locales sur Facebook. L’entreprise a également fait savoir qu’elle visait à s’attaquer aux fausses nouvelles et aux titres exagérément accrocheurs pour avantager le « journalisme de qualité ».

Chez Google, on dit là aussi vouloir aider les organisations journalistiques « autant avec leurs défis que leurs opportunités ». L’entreprise souligne avoir développé des produits et des technologies spécialisés « visant spécifiquement à aider à la distribution, au financement et à l’appui des journaux ».

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca