Partager et soutenir ses pairs – Par B.L.eux célèbre ses vingt ans

0

La compagnie de création en danse contemporaine Par B.L.eux, dont le nom fait référence à Benoit Lachambre et « eux », ceux qui créent et redéfinissent la danse, célèbre ses vingt ans notamment en s’installant dans un nouvel espace à Montréal.

Benoit Lachambre, fondateur et directeur de la compagnie, ainsi que Clara Furey, artiste associée à la compagnie depuis l’automne dernier, m’ont accordé une entrevue afin de parler de deux importantes missions de Par B.L.eux: son volet pédagogique et son volet de parrainage.

That choreographs us

Avec un désir de partage auprès de la communauté artistique montréalaise, Par B.L.eux travaille actuellement sur un projet à vocation pédagogique, la création de la performance déambulatoire That choreographs us. Benoit Lachambre me dit en entrevue qu’avant d’être amené à Montréal, ce projet a déjà été réalisé dans trois villes européennes, débouchant à chaque fois sur une expérience très distincte. Ce qui reste, d’une fois à l’autre, c’est le caractère immersif de la performance, nécessitant un éloignement de certains codes du spectacle. La performance n’est pas contenue dans un certain espace scénique. Il n’y a donc pas de frontière entre performeurs et spectateurs.

Lors des trois dernières semaines, quarante-cinq performeurs, danseurs et comédiens québécois et internationaux ont donc suivi un stage de création intensif dirigé par Benoit Lachambre. Les participants ont pu entrer dans un monde sensoriel à la manière de Par B.L.eux. Le tout se terminera le 26 avril avec une performance au MAI (Montréal, Arts interculturels) dans le cadre de la première collecte de fonds de la compagnie. Lors de cette soirée, la vision de Par B.L.eux sera transmise par ces quarante-cinq corps imprégnés du travail qui leur a été proposé lors du stage, accueillant les invités avec une expérience sensorielle hors du commun. J’ai pu moi-même y prendre part lors d’un enchaînement en studio.

Il est impossible d’observer passivement cette performance, puisqu’elle nous inclut dans son mouvement. Nos sens sont sollicités et nos corps réagissent, qu’on le veuille ou non. Empathiques, hypersensibles, les performeurs sont vibrants et nous amènent à être nous-mêmes à l’affut de toute sensation et perception. En entrevue, Benoit Lachambre me parle de l’éveil des sens comme action artistique. Il me parle d’ailleurs de performance plutôt que de spectacle et de performeurs plutôt que d’interprètes. Les approches somatiques, qu’il met de l’avant dans son art, s’inscrivent dans l’expérience vécue du processus plutôt que dans son interprétation. L’expérience tactile du mouvement prévaut sur la nature et la signification du mouvement. Benoit Lachambre partage donc, auprès de ce groupe de performeurs dont il sollicite la sensibilité et la générosité, un processus vivant qu’il trouve plus spectaculaire que le spectacle lui-même.

Que signifie le that dans That choreographs us? Quelle est cette entité mystérieuse qui nous chorégraphie? Je pense qu’il s’agit d’une vibration intense, de l’état de transe dans lequel se trouvent les performeurs avant même que nous entrions dans la salle. Peut-être qu’il s’agit plutôt de l’espace, sans cesse redéfini par ceux qui l’habitent et le font vibrer. Si on accepte de voir la danse dans tout mouvement, on voit que l’entièreté de l’espace occupé par l’événement, en constante fluctuation, fera partie d’un travail chorégraphique instantané. On ne peut que se sentir bienvenu dans cette belle transe à laquelle on nous invite, sans jamais nous forcer la main.

Accompagnement d’artiste

Depuis quelques mois, Clara Furey est artiste associée à la compagnie Par B.L.eux, c’est-à-dire que la compagnie soutient administrativement l’ensemble de sa pratique artistique. Si Par B.L.eux a déjà offert à certains artistes un soutien par projet, elle n’avait pas encore été en mesure d’offrir un tel appui pour l’ensemble de l’œuvre d’un artiste. Clara Furey est donc la première à bénéficier de ce soutien. Elle considère que les œuvres et la pédagogie de Benoit Lachambre ont une influence importante sur son travail, ayant été amenée à travailler avec lui à plusieurs reprises depuis une dizaine d’années.

Formée en musique et en danse, interpellée par la pratique de la performance, Clara Furey m’explique en entrevue qu’elle sollicite différentes disciplines artistiques dans son travail, sans pour autant faire de distinction entre ces pratiques. Comme Par B.L.eux soutient les pratiques interdisciplinaires et singulières, l’appui de la compagnie est particulièrement adapté pour cette artiste.

Il est beau de voir une compagnie partager les ressources qu’elle a acquises au fil du temps, afin qu’elles servent à outiller d’autres artistes. On espère que cette initiative, motivée par un désir d’entraide, en inspirera d’autres.

Au courant de la soirée-bénéfice de Par B.L.eux, Benoit Lachambre et Clara Furey, virtuoses sensoriels, feront une courte intervention en duo. Prochainement, l’Espace Françoise-Sullivan de l’édifice Wilder accueillera Lifeguard, un solo de Benoit Lachambre présenté dans le cadre du Festival TransAmériques du 29 mai au 1er juin. Il s’agit du premier volet d’un triptyque dont il travaille déjà la seconde partie, en collaboration avec Sophie Corriveau. Lors de cette même période, Benoit Lachambre donnera un nouvel atelier de création, ouvert uniquement aux danseurs professionnels cette fois-ci, dans le cadre du stage Transformation.

Partagez

À propos du journaliste

Chloé Ouellet-Payeur

Rédactrice de la section Culturel de Pieuvre.ca, Chloé Ouellet-Payeur se passionne pour le spectacle vivant. Ancienne gymnaste de compétition, son intérêt pour le potentiel expressif du corps athlétique l’amène à faire carrière en danse contemporaine. Bachelière de l’Université du Québec à Montréal, elle est également diplômée du programme de formation professionnelle en interprétation de l’École de danse contemporaine de Montréal. Pratiquant son art professionnellement en tant qu’interprète, chorégraphe et enseignante, elle collabore régulièrement avec des artistes issus d’autres disciplines telles que le cirque et le théâtre. Elle s’intéresse particulièrement à l’expérience du spectateur du spectacle vivant contemporain, dont les codes sont en constante redéfinition. Elle se donne la mission de démystifier la danse contemporaine, cet art vibrant et éphémère souvent perçu comme étrange ou inaccessible, puisqu’il essaie plus souvent d’être vrai que d’être joli.