Deux étudiants abattus en marge de manifs contre le président vénézuélien

0

Deux étudiants ont été tués par balle mercredi lors des manifestations organisées au Venezuela par l’opposition contre le président Nicolas Maduro.

L’opposition avait promis mercredi « la mère de toutes les manifestations » contre le successeur de Hugo Chavez, accusé de tendances dictatoriales et d’incompétence, dans le cadre d’une campagne lancée il y a maintenant plus de deux semaines.

Des violences en marge de ces manifestations, qui mercredi ont rassemblé au total des centaines de milliers de personnes, ont désormais fait sept morts ce mois-ci.

Plus de 400 personnes ont été arrêtées mercredi, selon l’ONG Penal Forum. L’opposition a appelé dans la soirée à de nouvelles manifestations jeudi. « Même heure, même endroit », a déclaré un des chefs de file de l’opposition, Henrique Capriles. « Si nous étions des millions aujourd’hui, demain nous serons plus. » Un étudiant de 18 ans, Carlos Moreno, qui s’en allait jouer au football a été pris dans une fusillade mercredi à Caracas, la capitale, et tué d’une balle dans la tête, ont rapporté des témoins.

À San Cristobal, près de la frontière colombienne, une étudiante a été tuée par des hommes à moto à la fin de la manifestation. « Nous étions à moto et ils nous suivaient, en tirant », a dit à Reuters l’ami de Paola Ramirez. « Je l’ai laissée dans une rue où elle allait retrouver sa soeur et je suis allé cacher la moto. J’ai entendu des tirs et quand je suis arrivé elle était à terre. J’ai essayé de la protéger », a-t-il ajouté, à ses côtés. Le ministère public a annoncé que des enquêtes avaient été ouvertes sur les deux décès.

L’opposition a attribué les fusillades aux « colectivos », des partisans en armes du gouvernement fréquemment soupçonnés de confrontations lors des manifestations.

Les « colectivos », qui se définissent comme des collectifs communautaires, sont perçus par l’opposition comme des milices paramilitaires affiliées au Parti socialiste au pouvoir.

À Caracas, des manifestants brandissant des drapeaux vénézuéliens ont bloqué une grande artère, aux cris de « À bas la dictature » et « Maduro dehors ». Dans d’autres quartiers, la police est intervenue avec des gaz lacrymogènes.

Des heurts similaires entre manifestants et forces de l’ordre ont été signalés dans trois grandes villes de province, San Cristobal, Puerto Ordaz (est) et Punto Fijo (nord).

Dans tout le pays, des marches ont eu lieu pour réclamer un calendrier électoral, l’arrêt des mesures répressives à l’encontre des manifestants et le respect du travail du Congrès, où l’opposition est majoritaire.

Crise économique

Le chef de l’État, qui accuse ses opposants de semer des troubles pour renverser le gouvernement et d’être à la solde du capitalisme, avait appelé ses partisans, vêtus de chemise rouge, à se réunir lors d’un rassemblement concurrent à Caracas.

Dénonçant les visées « interventionnistes d’une droite corrompue », il a affirmé qu' »aujourd’hui le peuple est avec Maduro », qualifiant ses opposants d' »antéchrists ».

« Ce gouvernement est en phase terminale », a assuré pour sa part mardi soir à Reuters Henrique Capriles. « Cette campagne va s’intensifier et (…) contraindre Maduro, et son régime, à organiser des élections libres et démocratiques. »

La commission électorale, qui est réputée proche du gouvernement, a reporté la tenue des élections des gouverneurs d’Etat qui devaient avoir lieu cette année. L’opposition estime que le Parti socialiste au pouvoir redoute une défaite.

Le mouvement de contestation antigouvernemental a été déclenché par la décision de la Cour suprême, fin mars, d’assumer les pouvoirs du Congrès, même si le tribunal est ensuite partiellement revenu sur cette mesure.

La décision d’interdire toute activité politique à Henrique Capriles pendant quinze ans en raison d' »irrégularités » dans la gestion de fonds publics a également nourri la colère d’une partie de la population, soumise depuis des années à une profonde crise économique qui se traduit souvent par l’absence de produits de première nécessité.

L’opposition avait appelé ses partisans à se retrouver mercredi sur une douzaine de points de rassemblement avant de converger vers les locaux du défenseur des droits, garant des droits de l’homme dans le pays.

Mais comme lors de précédentes tentatives similaires, les manifestants ont trouvé face à eux la garde nationale, qui a bloqué le défilé.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Réagir