France: Fillon dénonce les attaques contre « des boutons de guêtre »

0

Pieuvre.ca

François Fillon, visé désormais par un réquisitoire supplétif du parquet national financier français pour « trafic d’influence », a fustigé jeudi soir à Caen (Calvados) ceux qui fouillent « dans les poubelles » et l’attaquent « sur des boutons de guêtre ».

Nettement distancé dans les sondages par la candidate du Front national, Marine Le Pen, et Emmanuel Macron, candidat d’En Marche!, pour le premier tour de la présidentielle, le candidat de la droite a dit redouter « de nouvelles années perdues, de crise, de déception, de tension » au vu de leurs programmes.

« Ma bataille est celle des idées. Elle l’a toujours été. Je n’ai jamais hurlé avec les meutes. Je n’ai jamais fouillé dans les poubelles de mes adversaires politiques », a-t-il lancé lors d’une réunion publique devant plusieurs milliers de personnes. « Je me bats face à face, droit dans les yeux, programme contre programme. (…) Je n’ai pas besoin d’attaquer mes adversaires sur des boutons de guêtre, il me suffit de regarder leurs programmes », a-t-il poursuivi. Une allusion à la nouvelle polémique visant l’ancien premier ministre, qui s’est fait offrir des vêtements depuis 2012 pour près de 48 500 euros.

Le parquet national financier (PNF) a délivré aux juges d’instruction chargés de l’enquête sur la famille Fillon un réquisitoire supplétif contre X pour « trafic d’influence », a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Selon Le Parisien, qui a révélé cette information, cette procédure vise à élargir l’enquête aux costumes sur-mesure offerts à François Fillon, mis en examen mardi notamment pour détournement de fonds publics.

Le candidat, qui dit faire front malgré « de nouvelles bourrasques », s’en est pris d’abord au projet du Front national. « Le programme du FN, c’est un peu comme ces publicités pour des magnétiseurs qui vous promettent la santé, la réussite aux examens, l’héritage de l’oncle d’Amérique et le retour de l’être aimé ! », a-t-il dit.

Emmanuel Macron, cible privilégiée des Républicains, a ensuite été visé par une salve d’attaques. « La gauche hollandaise relookée. Le radeau de sauvetage des naufragés du quinquennat », a ironisé François Fillon. « Derrière le spot publicitaire oecuménique se posent de vraies questions au sujet du gouvernement de la France », a estimé le député de Paris.

« Si M. Macron succède à M. Hollande qui ne fait plus qu’inaugurer les chrysanthèmes et remettre des médailles depuis six mois, nous nous retrouverons comme au temps où René Coty succédait à Vincent Auriol : avec un président sans majorité, qui aura peut-être un gouvernement socialiste en hiver, puis un autre vaguement centriste au printemps », a-t-il dit. « Et ainsi de suite jusqu’à la paralysie générale. »

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Réagir