Pour surveiller Wall Street, place à l’intelligence artificielle

0

Pieuvre.ca

Des programmes d’intelligence artificielle ont déjà battu des grands maîtres aux échecs et des champions d’un jeu questionnaire télévisé. La prochaine étape? Les fraudeurs sur les marchés boursiers.

Deux exploitants de plateformes boursières ont ainsi fait connaître leur intention de lancer des outils d’intelligence artificielle pour surveiller les marchés au cours des prochains mois, et des responsables d’un chien de garde de Wall Street indiquent à Reuters qu’ils ne sont pas loin derrière, eux non plus. Ces dirigeants espèrent que des ordinateurs dotés d’un instant humain pourront aider les pauvres mortels que nous sommes à détecter les arnaques plus rapidement.

Ces logiciels pourraient, par exemple, filtrer des messages échangés dans des salles de clavardage pour détecter de la vantardise suspecte ou des félicitations échangées lors d’une transaction importante. Ils pourraient également analyser des problèmes complexes plus rapidement, comme la « superposition », où des commandes sont envoyées rapidement en vue d’effectuer des transactions, puis annulées pour faire bouger artificiellement la valeur de certaines actions.

Une intelligence artificielle pourrait même détecter de nouvelles manières de contourner les règles, mentionne Tom Gira, vice-président à la régulation des marchés pour la Financial Industry Regulatory Authority (FINRA).

« La plus grande inquiétude est qu’il existe une forme de manipulation dont nous n’avons pas conscience », a-t-il confié à Reuters. « Il semble que ces outils ont le potentiel de nous donner un meilleur point de vue à l’intérieur du marché pour ce genre de scénarios. »

La FINRA prévoit de tester des logiciels d’intelligence artificielle développés à l’interne dès l’an prochain, tandis que le Nasdaq et la Bourse de Londres parlent plutôt de la fin de 2016. Ces deux places boursières prévoient aussi vendre leur technologie à des banques et à des gestionnaires de fonds, pour que ceux-ci puissent surveiller leurs traders.

Si des firmes financières utilisent déjà de tels programmes pour une vaste gamme d’applications, y compris la sélection de titres dans lesquels investir, l’intelligence artificielle fait à peine son entrée dans le domaine de la surveillance des marchés. « Nous n’avons pas vraiment laissé libre cours aux machines en ce qui concerne la surveillance », explique Bill Nosal, un responsable du développement des affaires au Nasdaq, qui supervise la mise au point de l’intelligence artificielle.

50 milliards

La surveillance des marchés repose habituellement sur l’utilisation d’algorithmes pour détecter des tendances dans les données des échanges boursiers qui pourraient signaler une manipulation, et pousser les employés à enquêter.

Mais le volume de données peut entraîner un nombre sidérant d’alertes, dont de nombreux faux positifs.

La FINRA surveille environ 50 milliards d' »événements » sur les marchés à tous les jours, y compris les commandes de transactions financières, des modifications, des annulations et des échanges. Les régulateurs tentent de détecter l’une ou l’autre de 270 tendances en lien avec de possibles violations. L’organisme refuse de donner le nombre d’événements qui font sonner l’alarme, ou qui correspondent à de véritables gestes malveillants.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Réagir