Juno et Jupiter enfin réunies

0

Pieuvre.ca

Après un voyage de près de cinq ans vers la plus imposante planète du système solaire, la sonde Juno de la NASA s’est placée en orbite autour de Jupiter lors d’un allumage de ses moteurs d’une durée de 35 minutes. Il aura fallu attendre pratiquement minuit, heure de l’Est, pour recevoir la confirmation de la réussite de la manoeuvre.

« Le Jour de l’indépendance est toujours matière à célébration, mais, aujourd’hui, nous pouvons ajouter une nouvelle raison de faire la fête – Juno est autour de Jupiter », a déclaré l’administrateur de la NASA Charlie Bolden, dans un communiqué publié par l’agence américaine. « Avec Juno, nous tenterons d’éclaircir les mystères des ceintures de radiations de Jupiter, en plus de plonger non seulement dans les profondeurs de la planète, mais aussi d’explorer les origines de la géante gazeuse et l’évolution de notre système solaire. »

La confirmation de la réussite de la mise en orbite a été reçue au Jet Propulsion Laboratory de la NASA, en Californie, ainsi qu’au Colorado, dans les installations de Lockheed Martin, qui a fabriqué la sonde.

« C’est l’un des moments où je ne suis pas mécontent d’être coincé dans une pièce sans fenêtres dans la nuit du 4 juillet », a déclaré Scott Bolton, l’un des responsables du programme Juno. « L’équipe en charge de la mission a accompli tout un travail. La sonde a bien fonctionné. C’est une belle journée. »

L’allumage du moteur principal de la sonde, à 23h18, heure de l’Est, a permis de ralentir l’engin spatial, faisant diminuer la vitesse de 542 mètres par seconde et permettant à Juno d’être « capturée » en orbite autour de Jupiter. Une fois l’allumage complété, l’engin a pivoté pour s’assurer de recevoir suffisamment d’énergie solaire pour alimenter ses 18 698 cellules solaires.

« L’engin a parfaitement fonctionné, ce qui est toujours bien quand vous conduisez un véhicule pendant près de trois milliards de kilomètres », a lancé Rick Nybakken, au Jet Propulsion Laboratory. « L’insertion orbitale de Juno était une étape importante, et la plus risquée dans notre plan de mission, mais il y a encore des obstacles à surmonter avant de donner le feu vert à l’équipe scientifique pour débuter les observations. »

Au cours des prochains mois, d’autres tests seront effectués pour s’assurer du bon fonctionnement des instruments de la sonde. « Notre période officielle de collecte de données débutera en octobre, mais nous avons trouvé un moyen de recueillir des informations bien plus tôt que cela », précise M. Bolton. « Lorsque vous parlez de la plus grande planète du système solaire, c’est une bonne chose. Il y a beaucoup de choses à voir et à faire. »

L’objectif principal de Juno est de comprendre l’origine et l’évolution de Jupiter. Avec sa série de neuf instruments, la sonde tentera de déterminer si la planète possède un noyau solide, cartographiera le champ magnétique intense de la planète, mesurera la proportion d’eau et d’ammoniac dans l’atmosphère, et observera les aurores boréales sur la planète. La mission permettra aussi à la NASA de mieux comprendre comment les géantes gazeuses se forment et le rôle que ces titans ont joué dans la création du système solaire.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre