Untied tales: plongée dans la forêt de nos émotions

0

Mathilde Perallat

Si vous avez raté l’étonnante dernière création de Clara Furey au théâtre de la Chapelle l’automne dernier il est encore temps de vous rattraper ce soir au Monument National dans le cadre du OFFTA.

Untied tales est un conte dansé. Un couple s’aime et se défait allant ensemble vers une mort certaine. Poétique et noir comme les contes pour enfants dans lesquels l’amour, la peur et la mort se côtoient, Untied tales danse des émotions enfouies. Mystérieuse et fantasmagorique, la partition dansée figure par les corps et les gestes les sensations, aussi belles qu’elles sont brutales, entre un homme et femme.

La pièce est composée à l’envers, elle se reconstruit au fur et à mesure dans un ralenti cinématographique. En soit c’est une prouesse technique, mais l’est autant l’effet visuel de l’image qu’elle dégage. Assommés par l’excellente musique électronique de Tomas Furey, envahissante comme les émotions qui traversent les deux êtres. On est aspiré, avalé dans la pièce. Fuite, peur, urgence, recherche de calme, émerveillement sont explorés à travers des micromouvements.

La petite salle se prête fort bien à cette forme qui se veut intime, comme une plongée dans la forêt des émotions de ses deux êtres qui s’aiment et se débattent entre eux et à l’intérieur d’eux-mêmes.

Les deux interprètes Clara Furey et Peter Jasko sont expressifs comme rarement le sont les danseurs. L’intensité de leur présence, de leurs regards, participe grandement à la qualité du spectacle.

Par moments, tels des enfants face aux contes, on se laisse emporter par notre imaginaire qui se raconte d’autres histoires, d’autres explications possibles à ces intenses réactions. On cherche un monstre, une tempête, une raison extrême à tant de violence, d’angoisse et de beauté à la fois. Sans doute que non après tout finit-on par s’avouer. La tempête est intérieure et les monstres qui grandissent parfois en nous ne sont pas toujours maîtrisés. Notre vie est l’écriture d’un conte qui se défait à mesure qu’il s’écrit. Dans nos corps et sur nos âmes.

Belle exploration.

Chorégraphie, interprétation: Clara Furey, Peter Jasko
Musique: Tomas Furey

Dans le cadre du OFFTA

Les 6 et 7 Juin au Monument National

Partagez

À propos du journaliste

Mathilde Perallat

Mathilde Perallat vient de France, et plus particulièrement de Provence. Avant de s’installer à Montréal, elle a passé plusieurs années dans la capitale culturelle française où elle s’est nourrie de théâtre, de danse et de cirque en forte quantité – autant que de qualité. C’est aussi par sa propre pratique des arts du cirque, en tant que danseuse aérienne, qu’elle est tombée amoureuse des arts de la scène. Formée en sociologie et en gestion, et doctorante à Concordia dans une recherche sur le rôle social que peut porter le cirque, Mathilde s’inspire et nourrit son âme et son esprit de spectacles en tous genres tout en continuant à se forger un esprit critique, cette critique qui fait si bien la réputation de son pays, pour le meilleur et pour le pire. Elle sait néanmoins mettre de l’eau dans son vin (selon les circonstances) et tente de donner des avis qui mesurent regard personnel et mise en perspective, toujours dans une grande ouverture.

Répondre