100 millions $ US pour des vaisseaux vers Alpha du Centaure

0

Pieuvre.ca

Le magnat milliardaire du web Youri Milner a annoncé mardi une nouvelle initiative de quelque 100 millions $ US pour mieux comprendre le cosmos. Cette fois, l’idée consiste à déployer des milliers de petits vaisseaux spatiaux pour les envoyer vers le système solaire le plus près du nôtre et renvoyer des photos.

Selon ce qu’écrit Reuters, si le projet est couronné de succès, cela permettrait aux scientifiques de déterminer si Alpha du Centaure, un système solaire situé à quatre années-lumière de la Terre (environ 37 000 milliards de kilomètres), contient une planète semblable à la nôtre et capable d’abriter la vie.

Le hic, c’est que le projet (surnommé Breakthrough Starshot) nécessitera plusieurs années de travaux, et rien ne garantit son succès.

L’annonce de mardi, effectuée en compagnie du cosmologiste et chercheur Stephen Hawking, survient moins d’un an après le dévoilement de Breakthrough Listen. Cet autre projet, d’une durée de 10 ans et d’un budget de 100 millions $ US, lui aussi soutenu par M. Milner, cherche de possibles signaux radio provenant de formes de vie intelligente ailleurs dans l’univers.

De son côté, Breakthrough Starshot implique le déploiement de véhicules aux moteurs peu puissants qui transporteront des appareils comme des caméras et de l’équipement de communication. Les scientifiques espèrent que ces engins, appelés nanovaisseaux, voleront éventuellement à 20 pour cent de la vitesse de la lumière, soit plus de 1000 fois la vitesse des vaisseaux traditionnels.

« Cela ressemblerait à quelque chose comme la carte SIM de votre téléphone avec cette très petite voile », précise Pete Worden, ancien directeur du Ames Research Center de la NASA, qui dirige le projet. « L’envergure totale serait d’environ quatre mètres. »

L’homme envisage l’envoi d’un vaisseau spatial conventionnel transportant des milliers de nanovaisseaux en orbite, puis le lancement de ces mini-engins un par un, a-t-il précisé en entrevue.

Ce type de projet a déjà été tenté, avec des résultats mitigés.

Il y a deux ans, le programme KickSat de l’Université Cornell a abruptement pris fin lorsque la sonde transportant 104 microsatellites n’a pas réussi à lancer ceux-ci dans l’espace. Le plan consistait à placer ces engins dans l’espace et de collecter des données pendant quelques semaines.

M. Worden reconnaît qu’il existe plusieurs défis, y compris celui de la survie des nanovaisseaux pendant le lancement. Ils devront ensuite survivre à 20 ans de voyage dans l’espace, y compris à de possibles collisions avec des poussières stellaires.

« Les problèmes doivent encore être réglés – chacun d’entre eux pourrait signifier la fin de la mission », mentionne M. Worden.

Les gouvernements ne s’intéresseront sans doute pas à cette avenue de recherche en raison de sa nature spéculative, poursuit-il, mais la technologie est suffisamment prometteuse pour que l’on s’y attarde.

Si les nanovaisseaux atteignent le système solaire voisin du nôtre et réussissent à prendre des photos, il faudrait encore quatre ans pour que celles-ci parviennent jusqu’à la Terre.

Autrefois étudiant au doctorat en physique à Moscou avant de lâcher ses études pour se rendre aux États-Unis en 1990, M. Milner est l’un des quelques barons de la technologie consacrant du temps et de l’argent à l’exploration de l’espace. Il est connu pour des investissements ayant porté fruit, y compris le réseau social Facebook et la compagnie chinoise de téléphones intelligents Xiaomi.

 

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre