Maison-Blanche 2016 – Sanders veut rallier les « super délégués »

0

Pieuvre.ca

Fort de ses trois succès dans les caucus de samedi, Bernie Sanders espère avoir enclenché une dynamique capable de rallier à sa candidature à la présidentielle américaine de novembre certains « super délégués » du Parti démocrate et souffler à Hillary Clinton l’investiture qui lui semble promise.

Selon Reuters, le sénateur du Vermont, que l’on pensait un temps distancé par l’ancienne secrétaire d’Etat, s’est largement imposé en Alaska (79%), dans l’État de Washington (75%) et dans une mesure moindre à Hawaï.

Interrogé dimanche, Bernie Sanders a expliqué qu’il comptait sur les « super délégués » pour combler son retard et pour faire pencher la balance en sa faveur lors de la convention de juillet à Philadelphie qui désignera le candidat démocrate au scrutin du 8 novembre.

Les « super délégués » sont des participants à la convention démocrate qui disposent du pouvoir de soutenir le candidat qu’ils désirent, y compris en revenant sur le choix qu’ils ont pu faire dans un premier temps.

Sanders a expliqué dimanche que les « super délégués » avaient intérêt à se rallier à lui car les sondages montraient qu’il possédait de meilleures chances qu’Hillary Clinton de battre le candidat républicain, en particulier Donald Trump.

« L’élan est de notre côté. Beaucoup de super délégués devraient repenser leur position à l’égard d’Hillary Clinton », a-t-il commenté lors d’une émission de la chaîne CNN.

Lors de la convention, qui aura lieu du 25 au 28 juillet, environ 85% des voix seront détenues par les délégués simples désignés lors des primaires. Mais 15% des participants seront libres de choisir le candidat qu’ils veulent et risquent donc de détenir la clé de l’investiture démocrate.

Parmi ces « super délégués » figurent des membres influents du Parti démocrate comme des cadres de la hiérarchie, des sénateurs, des parlementaires et des gouverneurs.

En l’état actuel, Hillary Clinton compte un peu moins de 300 délégués simples d’avance, mais si on ajoute à cette répartition les « super délégués », son avance augmente nettement. L’ancien secrétaire d’Etat compte 1712 soutiens contre 1004 à Sanders, la majorité étant à 2382, précise le site RealClearPolitics.com.

La tâche du sénateur du Vermont s’annonce malgré tout ardue car il lui faudrait gagner les deux tiers des délégués restants pour espérer l’emporter. Or, la répartition se faisant à la proportionnelle, Hillary Clinton accroît à chaque primaire le nombre de ses soutiens même en cas de défaite.

Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre