Banquiers emprisonnés, comme nulle part ailleurs

0

René-Maxime Parent

Michael Moore a débarqué en Islande dans le but de filmer la prison Kvíabryggja où sont détenus les quatre banquiers responsables du krach de 2008 en Islande. Un éditorial publié par le webzine Reykjavik Grapevine le 10 avril 2015 remet en question le traitement médiatique du quotidien Fréttablaðið pendant l’enquête et le procès.

Selon Anna Andersen et Haukur S. Magnússon, la nomination d’un procureur spécial afin d’enquêter sur les causes de la crise économique a mis les Islandais nantis sur la corde raide. Les deux seuls quotidiens d’Islande, Fréttablaðið et Morgunblaðið, sont devenus les vitrines d’un révisionnisme pour cette élite financière qui cherche à maintenir son statu quo.

Plusieurs journaux à travers le monde ont donné leur appui aux Islandais pour avoir emprisonné les banquiers criminels. Cependant, la rédactrice en chef du quotidien Fréttablaðið, Kristín Þorsteinsdóttir n’a pas cessé de cultiver le doute par rapport à l’approche islandaise. Avant d’accéder à ce poste influent, Kristín Þorsteinsdóttir était responsable des relations publiques pour la corporation Baugur, plus ou moins liée au quotidien.

Dans un texte d’opinion intitulé « Sommes-nous pires que les autres ? », elle a supposé que la Cour suprême de l’Islande n’est pas en mesure d’évaluer la situation et de désigner correctement les responsables de la crise économique. Dans cet ordre d’idées, elle a proposé que la nation opte pour une approche « anthropologique » ( suivi d’un point d’exclamation dans le texte ) du problème afin de comprendre ce qui est arrivé. De cette façon, les Islandais vont pouvoir apprendre de leurs erreurs.

Des centaines de cas de manipulation financière ont été étudiés pendant six ans, mais peu de cas ont été traités à la Cour suprême. L’attitude conservatrice retarde encore aujourd’hui les réformes politiques, dont celle de la Constitution islandaise.

N’empêche que depuis le moment où cet éditorial a été publié, au mois d’avril 2015, le Pirate Party arrive en tête dans les intentions de vote au pays. Avec 35,3 pour cent, le Parti Pirate devance le traditionnel Independance Party avec 24,4 pour cent, d’après un sondage du webzine Kjarninn, rapporte Reykjavik Grapevine le 2 février 2016.

Derrière les barreaux

« Le gouvernement a remboursé le peuple et emprisonné les banquiers, à l’opposé de ce que l’Amérique et le reste de l’Europe a fait », a affirmé le président de l’Islande, Ólafur Ragnar Grímsson, en mars 2015.

Le directeur général de la banque Kaupthing, Hreiðar Már Sigurðsson, le président Sigurður Einarsson et le PDG de la succursale au Luxembourg, Magnús Guðmundsson purgent une peine de quatre à cinq ans et demi de prison. Tandis que le deuxième actionnaire en importance, Ólafur Ólafsson purge une peine de quatre ans.

« Je n’ai aucun intérêt à traiter certains prisonniers différemment des autres », a affirmé le directeur du service correctionnel d’Islande, Páll Winkel, à la presse en février 2015.

Where To Invade Next, le prochain documentaire grand public de Michael Moore devrait comprendre des images de la prison Kvíabryggja.

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Répondre