Série Noire a une alternative pour les impatients!

0

Il est indéniable que Série noire, récipiendaire de onze prix Gémeaux notamment, est un sujet de conversation qui ne s’épuise pas. Alors que son originalité, sa créativité et sa folie gagnent toujours plus de nouveaux spectateurs avec le bouche-à-oreille qui se propage au Québec, mais également à travers le monde, disons que l’impatience se fait grandissante pour la suite des aventures.

Pour ceux qui ne peuvent plus attendre, ICI Radio-Canada a ainsi trouvé la solution idéale, puisqu’à la manière de Netflix, ils se sont associés avec Tou.Tv pour rendre disponible sur la section Extra, pour la première fois de leur histoire, l’intégralité d’une saison complète. Nuit blanche à prévoir!

C’est avec un enthousiasme démesuré que les deux premiers épisodes tant attendus de cette deuxième saison ont été présentés aux journalistes et médias ce mercredi matin, quelques heures avant d’être mis à la disposition de tous avec les huit autres. Si la première saison bouclait une boucle de mélancolie singulière, le début de la deuxième n’a pas envie de laisser de répit à ses spectateurs puisque comme toutes bonnes séries américaines, elle plonge rapidement dans l’action pour continuer cette idée d’impasse qui ne semble jamais s’amenuiser.

Bien sûr, un court rappel de soixante secondes est mis en place au tout début, et les dialogues prennent soin de rappeler les éléments antérieurs importants, comme la nouvelle saison reprend exactement là où la précédente nous avait laissés. Ce serait toutefois malsain de se lancer à pieds joints dans autant de plaisir sans savourer les 12 remarquables premiers épisodes.

Puisque voilà, si la totalité de la distribution revient, même Bernard Derome à la narration, et que de savoureux nouveaux personnages rejoignent les rangs, dont un Michel Laperrière et une Marie Brassard particulièrement inspirés, à en juger les deux premiers épisodes, disons que la série n’a pas fini de nous étonner et de nous divertir. Si le ton jongle encore brillamment entre le drame et la comédie et que ses répliques savent faire briller l’ironie et l’absurdité de ses situations, on ne sait jamais où elle se dirige et c’est tant mieux.

C’est d’autant plus admirable qu’à l’instar de Phil Lord et Chris Miller, François Létourneau et Jean-François Rivard, scénaristes de la série et réalisateur, en ce qui concerne le deuxième, sont des passionnés qui connaissent très bien leur cinéma.. et leur télé. Le plaisir est ainsi démultiplié alors que la métasérie continue de satisfaire les cinéphiles avertis avec ses références subtiles ou non et ses façons de jouer avec les canevas et les tiques qu’on peut s’attendre à retrouver ici et là.

Il y a également beaucoup à admirer d’un point de vue professionnel et technique. Martin Falardeau à la direction photo continue de faire des merveilles et de tirer avantage de l’hiver, Yvann Thibodeau assure un montage qui ne manque pas de rythme et, surtout, Cristobal Tapia de Veer est plus inspiré que jamais avec sa trame sonore dominée par ses synthétiseurs. On apprécie également que le scénario ne bouscule pas toutes ses cartes dès qu’il en a l’occasion et qu’il prend son temps pour tout établir, brouiller ou même questionne. À ce titre, même après deux épisodes, tous les pions de la deuxième saison ne seront certainement pas mis en place, certains personnages attendus n’auront toujours pas fait leur apparition, et, on ne saura définitivement pas la direction que l’ensemble prendra!

Restera donc à voir jusqu’où les répercussions de la première saison sauront mener nos deux zigotos et jusqu’à quel point leur indescriptible motivation pourra bien les pousse, mais nul doute que l’imagination des créateurs surpasse celle des spectateurs qui se laissent indéniablement prendre au jeu.

Si le sujet est encore vague face à l’avenir d’une troisième saison, tandis que les producteurs qui ont accordé totale liberté aux créateurs s’accordent pour dire que la boucle est bouclée de façon ouverte après 22 épisodes, on est au moins pratiquement assuré d’être à nouveau pleinement satisfaits avec tout ce nouveau matériel à se mettre sous la dent.

Quant à cette tentative de l’Extra de Tou.Tv, seul l’avenir dira si une telle manœuvre aura été gagnante et si les spectateurs sauront garder leur bouche cousue pour ne pas trop en révéler à ceux qui sauront tarder. À cela, on nous répond judicieusement que les « spoilers », en bon français, n’empêchent quand même personne de continuer d’écouter quoi que ce soit et que les gens préfèrent « savoir comment cela est arrivé plutôt que ce qui est arrivé ». Pour les autres, récompensez enfin votre patience et profitez de cette générosité, qui, avec cette abondance de neige qui envahit les paysages de cette série hivernale qui s’est tournée dans des conditions glaciales, s’impose certainement comme Noël avant l’heure.

La totalité des dix épisodes de la deuxième saison de Série noire sera mise en ligne sur la version Extra de ICI Tou.Tv dès mercredi soir, 18 h. Le premier mois est par ailleurs gratuit. Pour les autres, ils seront diffusés de façon conventionnelle dès janvier sur les ondes de ICI Radio-Canada.

Partagez

À propos du journaliste

Jim Chartrand

Jim Chartrand est bachelier de l'Université de Montréal en Études cinématographiques. Il gère également un département Superclub d'une succursale Vidéotron. Et il adore la culture avec le plus grand C que vous pouvez imaginer. En fait, s'il n'avait pas autant de fatigue de sa sage vie remplie, il consommerait encore davantage de ces nombreuses drogues de l'art et du divertissement pour mieux vous en parler. Puisque avouons-le, rien ne lui fait plus plaisir que de conseiller et guider les autres, même si ses avis ne font pas toujours l'unanimité. Il se fait donc un plaisir semaine après semaine de vous offrir des textes sur tous plein de sujets qui le passionnent entre un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, et...

Répondre