Jean-Martin Aussant quitte la vie politique

Hugo Prévost

@HugoPrevost

Les démissions se suivent, mais ne se ressemblent pas; après le départ du maire intérimaire de Montréal, Michael Applebaum, voilà que le chef d’Option Nationale, Jean-Martin Aussant, annonce qu’il quitte la vie politique pour entre autres se consacrer à sa famille. Son départ laisse son parti en quête d’un nouveau leader, certes, mais également d’une perspective d’avenir à long terme.

Jean-Martin Aussant a annoncé sa démission en tant que chef d'Option Nationale

Jean-Martin Aussant a annoncé sa démission en tant que chef d’Option Nationale

Lors d’un point de presse tenu lundi, M. Aussant a indiqué qu’en plus de la fondation du parti, créé après son départ du Parti québécois dans la foulée des démissions des députés Louise Beaudoin, Pierre Curzi et Lisette Lapointe, les deux dernières années avaient également été consacrées à prendre soin de ses deux enfants.

« J’ai cru au départ qu’il serait possible, avec de la volonté et beaucoup de travail, de mener les deux chantiers de front. Je me rends maintenant compte qu’il est pénible de conjuguer ces deux projets sans devoir inévitablement en négliger un pour s’occuper de l’autre. Et trop souvent, c’est la famille qui tombe dans la première catégorie », écrit-il sur Facebook, en parallèle de sa conférence de presse.

M. Aussant quitte dont la vie politique temporairement, « le temps que ma situation familiale soit plus propice à un engagement aussi intense et entier que celui de faire de la politique active ». Il sera remplacé à la tête d’ON par la présidente, Nathaly Dufour, qui assurera l’intérim jusqu’à l’élection d’un nouveau chef.

Jean-Martin Aussant assure toutefois que « mon coeur y est toujours à 100 pour cent ».

Élu une première sous la bannière péquiste dans la circonscription de Nicolet, M. Aussant avait décidé de fonder son propre parti, environ un an avant les dernières élections générales. Sa formation, principalement axée sur l’indépendance, aura généré une forte attention sur les réseaux sociaux durant la campagne, attention qui ne s’est cependant pas traduite pas des appuis le jour de l’élection. M. Aussant a d’ailleurs été battu par le candidat de la Coalition avenir Québec dans sa circonscription.

Le parti tient bon

Depuis, Alexandre Boutet Dorval, président du conseil exécutif de la circonscription de Jean-Talon, dans la région de Québec, affirme que les intentions de vote du parti oscillent aux alentours de 5 pour cent à Montréal, et de 8 pour cent dans la région de la capitale.

Selon M. Boutet Dorval, la nouvelle de la démission de M. Aussant est un  » gros choc »« C’est sûr que ça annonce des moments difficiles pour Option nationale », affirme-t-il.

Le choix du prochain chef devrait cependant survenir avant la fin de l’année, précise-t-il en entrevue: « On avait déjà un congrès spécial sur les statuts à l’agenda, ainsi qu’une réunion de la Conférence nationale. La course à la chefferie vient prendre la priorité mais nous pourrons la tenir dans les mêmes délais. »

Craint-on la malédiction du « parti d’un seul homme », longtemps attribuée à l’Action démocratique du Québec (ADQ), qui n’a plus été que l’ombre d’elle-même après le départ de son chef Mario Dumont?

« C’est sûr que la personnalité de Jean-Martin Aussant a donné au parti l’élan pour se développer. Les personnes impliquées dans Option nationale souhaitent pour la plupart prouver qu’on n’est pas comme l’ADQ. Reste à voir si les militants vont nous faire confiance et nous suivre », mentionne M. Boutet Dorval.

Pour un complément d’informations, revoici notre entrevue avec Jean-Martin Aussant, lors des dernières élections: http://www.pieuvre.ca/2012/08/29/elec-aussant-entrevue/

Dans la catégorie: À la unePolitique et Économie

Mots-clef: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Répondez




Afin d'ajouter une photo à vos commentaires, veuillez obtenir un identifiant Gravatar.