Les limites de bande passante, un outil commercial

Pieuvre.ca

@PieuvrePointCa

Les limites de bande passante sont-elles une arnaque de la part des entreprises de télécommunications? Voilà du moins ce que semble affirmer un rapport de la New America Fopundation, publié cette semaine, qui s’attaque aux modèles d’affaires des fournisseurs d’accès Internet aux États-Unis – et, par la bande, à ceux du Canada. Selon ce document, « les fournisseurs d’accès Internet semble être l’une des rares industries qui semblent vouloir décourager leurs clients de consommer davantage de leur produit ».

Selon la New America Foundation, les limites de bandes passantes n'ont pas lieu d'être

Selon la New America Foundation, les limites de bandes passantes n’ont pas lieu d’être

Ce court rapport – 13 pages seulement – tente de porter un nouveau coup contre la culture d’oligopole en vigueur aux États-Unis et au Canada, où une poignée de compagnies contrôlent non seulement les compagnies de service Internet, mais souvent des services de téléphonie, de câblodistribution ou différents médias. Ces entreprises finissent ainsi par contrôle l’ensemble de la chaîne de distribution de contenu dans un marché donné, ce qui permet d’imposer librement des contraintes en termes de disponibilité des chaînes télé, par exemple, ou en termes de limite de bande passante, sans pouvoir être véritablement être inquiétée par un concurrent.

Comme le rappelle le site Internet Ars Terchnica, les arguments avancés dans le rapport ne sont pas nouveaux, mais résument bien les positions des tenants de l’élimination des limites de bande passante. Aux dires du rapport, d’ailleurs, les limites imposées à la bande passante disponible pour les internautes sont carrément remises en question, alors qu’elles sont imposées par la plupart des fournisseurs américains et canadiens; le document souligne également que ces limites ont bien peu à voir avec la congestion sur les différents réseaux.

Aux dires d’Ars Technica, l’aspect particulier de ce débat est que les limites imposées à la bande passante sont demeurées relativement stables, alors que le coût des données a plongé depuis plusieurs années. Selon différents fournisseurs, cela s’explique par le coût de la main-d’oeuvre qui, contrairement au prix direct des données, ne diminue pas avec le temps.

Les auteurs indiquent également que les fournisseurs d’accès Internet investissent moins d’argent, proportionnellement, que ce qu’elles ont déjà consacré à la mise sur pied de leur réseau, puisque les infrastructures sont souvent majoritairement déjà construites. Pour les auteurs du rapport, les limites de bande passante viendraient donc expliquer le besoin de maintenir des revenus importants, voire de les augmenter.

Selon la New America Foundation, le constat est clair: le marché n’est tout simplement pas concurrentiel, qu’il s’agisse des forfaits par ligne terrestre ou par sans-fil. Comment, alors, régler ce problème? Le document avance bien quelques idées, mais celles-ci – favoriser le changement de fournisseur, par exemple – sont des pistes à moyen, voire long ou très long terme. Pas de chance pour l’instant, donc, pour les internautes qui sont coincés avec des limites de bande passante réduites.

Dans la catégorie: Science et TechnologieTechnologie

Mots-clef: , , , , , , , , , , , , ,

Répondez




Afin d'ajouter une photo à vos commentaires, veuillez obtenir un identifiant Gravatar.