Coincé dans des scandales, le patron de la BBC démissionne

Hugo Prévost

@HugoPrevost

Coup de tonnerre en Grande-Bretagne, la fin de semaine dernière, alors que le grand patron de la BBC, George Entwistle, a annoncé sa démission dans la foulée d’un scandale d’agressions sexuelles sur des enfants impliquant un ancien animateur d’émission jeunesse, ainsi qu’après la diffusion d’allégations erronées touchant un ancien politicien haut placé. M. Entwistle n’était en poste que depuis deux mois.

L’ex-patron de la BBC, George Entwistle

Dans une brève allocution prononcée samedi à l’extérieur du siège social du diffuseur d’État à Londres, M. Entwistle, qui cumule 23 ans d’expérience à la BBC, a dit avoir décidé de « poser un geste honorable » et de se retirer. La BBC, souffrant déjà de problèmes d’image médiatique après la diffusion de révélations selon lesquelles l’une de ses anciennes vedettes était un pédophile, s’est davantage enlisée dans le scandale lorsque Newsnight, l’une de ses principales émissions d’informations, a présenté des allégations non fondées voulant qu’un ancien politicien de haut vol avait lui aussi agressé sexuellement des mineurs.

La BBC avait déjà, vendredi, émis une rétractation complète et des excuses publiques, précise la chaîne de télévision Al Jazira, mais M. Entwistle a dû admettre samedi, après avoir été interrogé par ses propres journalistes, qu’il ne savait pas en avance que Newsnight diffuserait le reportage en question, quelques semaines après avoir été accusé de ne pas avoir fait preuve de suffisamment de leadership pour traiter un précédant scandale ayant éclaboussé la même émission.

« Les événements exceptionnels des dernières semaines m’ont amené à conclure que la BBC devrait nommer un nouveau dirigeant », a-t-il déclaré.

Samedi, pourtant, M. Entwistle avait déclaré, plus tôt dans la journée, qu’il n’avait aucunement l’intention  de démissionner.

Si son départ a été accueilli avec tristesse par le président du BBC Trust, Lord Patten, l’annonce a été saluée comme « le bon geste à poser » par la secrétaire britannique à la Culture, Maria Miller, qui a soutenu « qu’il était vital que la crédibilité et la confiance du public soient restaurées envers cette importante institution nationale ».

Les observateurs du milieu médiatique continuent de se demander comment M. Entwistle a pu aussi mal gérer un tel scandale, quelques semaines seulement après l’affaire Savile. Toujours selon Al Jazira, la BBC et ses hauts responsables étaient effectivement sous forte pression depuis qu’un réseau rival avait accusé, le mois dernier, feu Jimmy Savile, l’une des personnalités les plus connues de la télévision britannique des années 1970 et 1980, d’avoir sexuellement agressé des enfants.

Selon les informations disponibles, la BBC a de plus refusé de présenter un reportage sur ces allégations peu de temps après la mort de M. Savile, l’an dernier, et a plutôt diffusé des hommages télévisuels.

Dans la catégorie: À la uneSociété

Mots-clef: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Répondez




Afin d'ajouter une photo à vos commentaires, veuillez obtenir un identifiant Gravatar.