Cinemania – Associés contre le crime: sens dessus dessous

Émilie Plante

@EmilieJolie

Troisième volet d’une trilogie basée sur les œuvres d’Agatha Christie, Associés contre le crime est une comédie des plus rocambolesques. Réalisé par Pascal Thomas, le film met en scène un couple de farfelus retraités qui jouent les enquêteurs du dimanche.

L’affiche du film

Alors que Bélisaire Beresford occupe son temps à la promotion d’un livre et à ses cours de peinture, Prudence, son épouse, s’ennuie ferme. Lorsqu’on lui donne l’occasion de mener sa propre enquête sur la disparition d’une riche héritière russe, elle plonge à pieds joints dans l’aventure. S’ensuit une folle histoire qui se déroule principalement dans une clinique qui pratique des cures de rajeunissement plutôt particulières…

Après Mon petit doigt m’a dit (2005) et Le crime est notre affaire (2008), nous retrouvons, dans Associés contre le crime, le même univers à mi-chemin entre le polar et la comédie. Mais, cette fois-ci, le réalisateur pousse un peu plus loin le ton vaudevillesque. En effet, Pascal Thomas multiplie les situations cocasses jusqu’à saturation : le bruyant passage des vaches sur la route alors que Bélisaire tente de parler au téléphone avec Prudence, les blagues un peu idiotes du genre délaissé par sa femme, la leçon de peinture avec un faux Gustave Courbet, une jeune-vieille patiente de la clinique de rajeunissement qui exhibe sa poitrine lors d’un souper mondain, et la liste s’allonge. D’ailleurs, certaines scènes frisent même un peu le ridicule…

D’un genre indescriptible

Résolument loufoque, Associés contre le crime relève à la fois de la parodie, du polar et de la satire. Et, surtout vers la fin, Thomas y saupoudre un soupçon de fantastique qui en a fait tiquer plus d’un dans la salle. Un des problèmes de ce film est d’ailleurs qu’il tend vers tous les styles à la fois et délaisse l’intrigue policière au profit d’une enfilade de péripéties abracadabrantes.

Pascal Thomas a sans doute cherché à conférer à son film un certain charme suranné dont étaient dotés les films policiers d’autrefois, sans trop y parvenir. Heureusement que le couple de détectives, personnifiés par André Dussollier et Catherine Frot, parvient tout de même à nous faire passer un bon moment. Leur jeu, surtout celui de Dussolier, est particulièrement amusant et les deux acteurs sont bien assortis dans leur rôle de couple d’enquêteurs imaginatifs. Cependant, tous les autres interprètes, sans exception aucune, sont caricaturaux ou stéréotypés à outrance, et paraissent dans l’ensemble assez mal dirigés.

En somme, Associés contre le crime ressemble à un extravagant mélange de genres. On rit de bon cœur, de temps à autre. Mais au final, on en ressort en se questionnant sur la signification de cet « ovni » cinématographique.

Dans la catégorie: Cinémania 2012CulturelFestival

Mots-clef: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Répondez




Afin d'ajouter une photo à vos commentaires, veuillez obtenir un identifiant Gravatar.