Une nouvelle baleine fait son apparition en Nouvelle-Zélande

Pieuvre.ca

@PieuvrePointCa

Une baleine pratiquement inconnu des scientifiques a été aperçue pour la première fois après que deux individus de cette espèce – une mère et son enfant mâle – se sont retrouvés coincés et sont morts sur une plage de Nouvelle-Zélande. Un rapport à paraître dans l’édition du 6 novembre de Current Biology doit présenter la première description de la baleine à bec de Travers, une espèce auparavant uniquement connue à l’aide de quelques os.

Une baleine à bec commune

Cette découverte est la première preuve que cette baleine existe toujours et rappelle à quel point les océans demeurent mystérieux, et ce même avec l’ensemble des avancées de la science, affirment les chercheurs. La découverte souligne également l’importance de l’identification de l’ADN et de la collection d’informations servant à l’identification des espèces rares.

« Il s’agit de la première fois que cette espèce – une baleine de plus de cinq mètres de long – a été vue comme un spécimen complet, et nous avons été assez chanceux pour en trouver deux », a déclaré Rochelle Constantine, de l’Université d’Auckland. « Jusqu’à maintenant, tous ce que nous savions à propos de la baleine à bec de Travers provenait de trois crânes partiels retrouvés en Nouvelle-Zélande et au Chili sur une période de 140 ans. Il est remarquable que nous ne sachions presque rien à propos d’un mammifère d’une telle taille. »

Les deux baleines ont été découvertes en décembre 2010, lorsqu’elles se sont échoué et ont fini par mourir sur la plage Opape, en Nouvelle-Zélande. Le Department of Conservation de la Nouvelle-Zélande a été appelé sur les lieux, où des responsables ont photographié les animaux, pris des mesures et recueilli des échantillons.

Les baleines ont tout d’abord été identifiées non pas comme des baleines à bec de Travers, mais plutôt comme des baleines à bec de Gray, beaucoup plus fréquentes. Leur véritable identité n’a été révélée qu’à la suite d’une analyse d’ADN, qui est effectué de façon routinière en vertu d’un programme vieux de 20 ans pour recueillir des données sur les 13 espèces de baleines à bec trouvées dans les eaux néo-zélandaises.

« Lorsque ces spécimens sont arrivés à notre laboratoire, nous en avons extrait l’ADN, comme nous le faisons habituellement pour des échantillons semblables, et nous avons été très surpris de constater qu’il s’agissait de baleines à bec de Travers, a dit Mme Constantine. Nous analysé les échantillons à quelques reprises pour être certains avant de l’annoncer à tous. »

Les chercheurs disent n’avoir aucune idée pourquoi les baleines sont demeurées si mystérieuses.

« Il se pourrait qu’il s’agisse simplement d’une espèce vivant au large des côtes et qui vit et meurt dans les eaux profondes, et qui ne s’échoue que rarement, suppose la chercheure. La Nouvelle-Zélande est entourée d’océans gigantesques. Il y a beaucoup de vie marine qui demeure encore inconnue. »

Dans la catégorie: Science et EnvironnementScience et Technologie

Mots-clef: , , , , , , , , , ,

Répondez




Afin d'ajouter une photo à vos commentaires, veuillez obtenir un identifiant Gravatar.