Talisman quitte le secteur québécois des gaz de schiste; prudence, lance l’AQLPA

Pieuvre.ca

@PieuvrePointCa

Malgré l’annonce, plus tôt cette semaine, du retrait de la société Talisman Energy du secteur québécois de l’exploitation des gaz de schiste, l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) invite à la prudence. Se basant sur un article paru dans le quotidien La Presse, l’organisme à vocation environnementale estime que ce retrait apparent de Talisman n’est qu’une mise en veille temporaire.

Photo: Talisman Energy

Dans un texte paru mardi, le journaliste André Dubuc explique en effet que Talisman Energy a décidé de radier l’ensemble de ses investissements réalisés dans le secteur québécois des gaz de schiste, pour un total de 109 millions $ avant impôts.

«Durant le trimestre se terminant le 30 septembre 2012, la société a pris la décision de ne plus investir dans un avenir prévisible dans ses activités d’exploration et d’évaluation au Québec, où un moratoire sur la mise en valeur par fracturation hydraulique de gisements de gaz de schiste a été réaffirmé. En conséquence, la société radie de ses actifs la somme de 109 millions $ avant impôt ou 82 millions $ après impôt», lit-on dans les états financiers de la société, publiés mardi.

En entretien téléphonique, le porte-parole de Talisman au Québec, Stéphane Perreault, a refusé d’établir un lien entre cette décision et l’élection le 4 septembre du gouvernement du Parti québécois, précise La Presse. Rappelons que le gouvernement péquiste, et plus précisément la ministre des Ressources naturelles Martine Ouellette, a annoncé qu’elle songeait à instaurer un moratoire sur l’exploitation des ressources gazières québécoises, avant de se raviser et de plutôt préconiser une rencontre avec les joueurs de l’industrie avant de prendre une décision.

S’exprimant par voie de communiqué, l’AQLPA dit comprendre que le marché du gaz de schiste étant saturé, l’effondrement des prix se traduit en pertes financières pour la société Talisman et que cette dernière procède à une écriture comptable signalant qu’elle ne pourra récupérer les pertes à court terme.

« Il est important de noter que la gazière n’a pas cédé les permis et autres droits qu’elle détient au Québec. Il s’agit donc d’une simple mise en veille… en attendant de meilleures conditions pour l’industrie », précise-t-on.

L’AQLPA signale que Talisman, comme d’autres entreprises gazières au Québec, a déjà foré plusieurs puits d’exploration et que ces derniers présentent des fuites. Malgré la radiation comptable des investissements, Talisman demeure responsable de ses puits et leurs fuites ainsi que des impacts néfastes sur l’environnement, affirme l’organisme.

« Il y a 600 puits fermés, en attente, abandonnés ou orphelins sur le territoire québécois et ils représentent une inquiétude pour l’environnement et la santé publique. L’AQLPA a d’ailleurs signalé ce problème au MDDEP il y a maintenant près de deux ans et demandait une inspection ces nombreux sites » déclare André Bélisle, président.

Dans la catégorie: Science et Environnement

Mots-clef: , , , , , , , , , , , , ,

Répondez




Afin d'ajouter une photo à vos commentaires, veuillez obtenir un identifiant Gravatar.