Fantasia – Un cuirassé spatial pour défendre l’humanité

Hugo Prévost

@HugoPrevost

La guerre est déclarée! Attaqués sans relâche par les infâmes Gamilas, les humains se terrent désormais dans le sous-sol d’une planète ravagée par les radiations et la sécheresse. Acculés, sans espoir de victoire, ils engloutissent leurs ultimes ressources dans un éventuel remède situé dans une autre galaxie. Pour s’y rendre, un groupe d’intrépides soldats de l’espace montent à bord du célèbre cuirassé Yamato, dans le très bon space opera Space Battleship Yamato, présenté dans le cadre du festival Fantasia.

Photo : Fantasia

Célèbre cuirassé, en effet, puisque cet imposant navire de guerre japonais de la Deuxième Guerre mondiale aura eu une longue deuxième vie au petit comme au grand écran, avec plusieurs séries télévisées portant son nom depuis la première mouture, en 1974. Popularisé en Amérique du Nord sous le nom de Star Blazers, cet univers militaro-aventurier trouve ici une nouvelle existence dans un long métrage réalisé en 2010, mais encore jamais projeté au Québec.

Centré autour du personnage Kodai (Takuya Kimura), un ancien pilote à la tête un peu enflée désireux de venger la mort de son frère en tentant ce dernier coup de dés spatial, Space Battleship Yamato est un film de science-fiction et d’action comme il s’en fait relativement beaucoup, mais celui-ci est diablement efficace. Les principaux thèmes y sont : puissance supérieure, dystopie (un futur qui déchante), un héros improbable et, bien entendu, moult combats spatiaux. Car il y en a, des combats! Réalisés de façon exemplaire – surtout pour un film au budget de 13 millions $ US! -, les effets spéciaux impressionnent. Ça tire, ça navigue entre les ennemis, ça explose: que demander de plus?

Par ailleurs, et au risque de tomber dans certains clichés, le film est particulièrement japonais : longues scènes larmoyantes lorsque vient le temps des adieux ou des moments touchants, notions d’honneur, de sacrifice et de vengeance, accent mis sur les liens familiaux et le sens du devoir, le tout pour l’Empire du soleil levant (car oui, tous les protagonistes sont japonais, à croire que seul l’archipel nippon a survécu à la guerre)… Bref, les ingrédients classiques sont tous réunis pour un très bon deux heures de science-fiction japonaise à grand déploiement, le tout avec une interprétation intéressante. Il y a encore loin de la coupe aux lèvres entre Space Battleship Yamato et Star Wars, par exemple, mais le réalisateur Takashi Yamazaki reprend avec brio une franchise certainement plus auréolée de gloire que les quelques tentatives du genre du côté américain, avec des horreurs à oublier tel que Wing Commander, ou encore Battlefield Earth.

Un bon petit film de science-fiction, donc, parfait pour combler un manque de lasers, d’ennemis extraterrestres ou de cuirassés spatiaux.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Dans la catégorie: CulturelFantasia 2012Festival

Mots-clef: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Répondez




Afin d'ajouter une photo à vos commentaires, veuillez obtenir un identifiant Gravatar.