Les courts-métrages s’éclatent à Fantasia

Hugo Prévost

@HugoPrevost

Les partis politiques ont beau se livrer une lutte à finir sous le chaud soleil d’août, les cinéphiles, eux, savent parfaitement bien que l’un des aspects les plus plaisants de l’été se trouve à l’intérieur, dans deux pavillons de l’Université Concordia, où sont présentés la majorité des films du festival Fantasia. S’éloignant temporairement des longs-métrages, le festival prend une teinte toute provinciale dès vendredi soir, avec le désormais très attendu Fantastique weekend des courts-métrages québécois.

Photo : Fantasia

Au bout du fil, Isabelle Gauvreau, la responsable de cet événement spécial ayant lieu vendredi, samedi et dimanche, est plus qu’enthousiaste à l’idée de présenter de nouveau le meilleur du court du Québec. Après quatre éditions couronnées de succès, après tout, elle commence à connaître les tenants et les aboutissants de toute la machine qu’il faut gérer pour ces trois jours de projections. Encore mieux, elle connaît son public! Si l’audimat augmente petit à petit à chaque année, le Fantastique weekend s’est bien sûr constitué une clique d’irréductibles qui viennent encourager les talents d’ici.

Petit changement au programme, cette année, alors que les courts-métrages – environ une centaine au total – seront principalement présentés vendredi et samedi, tandis que la journée de dimanche sera consacrée à des moyens-métrages et à la présentation d’un film de longueur « normale », Colombarium de Seve Kerr, mettant en vedette David Boutin.

Le Fantastique weekend « est toujours une découverte, c’est toujours différent. À l’exception de s’asseoir pour écouter des films, le reste change à chaque année, rien n’est pareil. C’est toujours une grande aventure parce que l’on ne sait jamais ce sur quoi on va tomber« , explique Mme Gauvreau.

« D’ailleurs, le côté technique s’améliore toujours d’année en année, puisque le coût des logiciels de montage et des outils continue de baisser. Souvent, on ne peut même pas imaginer que certains films auraient pu être faits il y a quelques années. »

Parmi les réalisateurs qui soumettent des films, environ la moitié son des habitués qui reviennent d’année en année. « Les gens aiment beaucoup venir à Fantasia, d’autant plus que le public est nombreux et réagit beaucoup. Nous avons également des activités externes comme des classes de maître… Je pense que les festivaliers sont de plus en plus intéressés à venir voir des courts-métrages, d’autant plus que cinq courts québécois ont été présentés avant des longs-métrages internationaux. Nous continuons donc de faire circuler l’idée que le Fantastique weekend est un événement intéressant pour les gens. »

Des billets sont encore disponibles à l’entrée du festival.

Dans la catégorie: Culturel

Mots-clef: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Répondez




Afin d'ajouter une photo à vos commentaires, veuillez obtenir un identifiant Gravatar.