De nombreux produits de tous les jours contiendraient un agent hautement toxique

Pieuvre.ca

Un agent chimique serait présent en forte quantité chez les Canadiens adultes, a révélé mercredi l’organisme Défense environnementale. Le produit serait présent en plus grande concentration, en fait, que les niveaux jugés toxiques pour les poissons et les algues. L’agent chimique en question, le triclosan, est utilisé dans des centaines de produits, à l’image du bisphénol A, une autre substance toxique présente chez de nombreux Canadiens en grandes concentrations, et dont l’utilisation a été récemment interdite.

Des produits contenant du triclosan

Le triclosan, un agent antibactérien, aurait ainsi été détecté dans le corps de sept des huit adultes contrôlés. Défense environnementale affirme que la forte prévalence de cette substance chimique nécessite des mesures qui en interdiraient l’utilisation dans la fabrication de produits domestiques. Ce constat vient appuyer la position de l’Association médicale canadienne, qui craint qu’une utilisation répandue de triclosan contribue à générer des « superbactéries » résistantes aux antibiotiques.

L’agent chimique mis au banc des accusés était utilisé à l’origine dans les établissements de santé, mais se retrouve aujourd’hui dans des produits tels que les désinfectants pour les mains, les dentifrices, des articles domestiques, des produits de maquillage, ainsi que des étuis pour téléphones intelligents. « Cette situation s’avère inquiétante puisque le triclosan est aussi connu comme étant un perturbateur endocrinien qui entrave le fonctionnement du système hormonal chez l’humain », indique Défense environnementale par voie de communiqué, avant d’ajouter que de nombreux perturbateurs endocriniens ont été associés à des problèmes de thyroïde et au cancer.

« Des preuves de plus en plus nombreuses ont convaincu les médecins et les scientifiques que cette substance chimique est en fait nocive et devrait être interdite dans les foyers, précise Rick Smith, directeur exécutif de Défense environnementale et co-auteur de Slow Death by Rubber Duck, sur la question des produits toxiques. Les données diffusées aujourd’hui démontrent l’étendue de la présence de cette substance chimique dans les corps humains. Les consommateurs doivent donc éviter d’acheter des produits qui en contiennent, puisque le danger provient non seulement du niveau mais aussi du temps d’exposition à cette substance. »

« Défense environnementale est convaincu qu’une interdiction d’utiliser du triclosan dans les produits domestiques serait bénéfique à la santé des êtres humains et à l’environnement. Nous félicitons le gouvernement fédéral d’avoir posé un premier geste dans ce dossier et nous attendons avec hâte les actions qui s’ensuivront », précise-t-il.

Le 30 mars, Santé Canada et Environnement Canada ont publié une évaluation préliminaire du triclosan sur le site web portant sur les substances chimiques, ouvrant une période de commentaires publics de 60 jours. Selon l’évaluation, cette substance pourrait causer des méfaits à l’environnement.

Selon Défense environnementale, si le triclosan se mêle aux eaux usées, le produit aboutit dans les drains et pollue les lacs et les rivières. Cette situation soulève des questions quant au tort causé à la santé humaine, fait-on savoir. De plus, sa décomposition peut produire des substances cancérogènes, notamment du chloroforme, ainsi que des dioxines, qui appartiennent à une classe de substances des plus toxique.

« Chaque fois que nous nous lavons les mains ou que nous nous brossons les dents avec du triclosan, cette substance chimique qui perturbe le système endocrinien s’engouffre une fois de plus dans les drains, causant du tort à la santé des gens et à l’environnement. C’est là une bonne raison qui justifie l’interdiction de ce produit dans les foyers », affirme M. Smith.

Dans la catégorie: Science et Environnement

Mots-clef: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Répondez




Afin d'ajouter une photo à vos commentaires, veuillez obtenir un identifiant Gravatar.