Le carré rouge envahit Toronto

Étienne Fortin-Gauthier, correspondant spécial à Toronto

La grogne étudiante a gagné la Ville Reine à l’occasion d’une manifestation devant la Délégation du Québec à Toronto, jeudi. Plusieurs dizaines d’étudiants québécois et ontariens se sont unis pour dénoncer la hausse des frais de scolarité au Québec. Le mouvement québécois est considéré comme une source d’inspiration pour plusieurs acteurs sociaux de Toronto.

Photo : Étienne Fortin-Gauthier

«La victoire du mouvement étudiant québécois sera aussi une victoire pour l’ensemble des étudiants de l’Ontario, car leur combat est notre combat», a lancé Krisna Saravanamuptu, de la Fédération canadienne des étudiants de l’Ontario à la foule présente. Les frais de scolarité sont trois fois plus élevés en Ontario qu’au Québec, a-t-il dénoncé, en exigeant des engagements clairs des gouvernements pour favoriser un plus grand accès aux études.

Jilary Massa, une étudiante de l’Université Ryerson et membre du syndicat ontarien CUPE, a énormément de sympathie pour le mouvement québécois après avoir vu les conséquences de la hausse des frais de scolarité en Ontario, dit-elle. «Les étudiants ontariens terminent leurs études avec une moyenne de 30 000$ de dette. C’est une situation qui les place dans un état de vulnérabilité important. Pour nous, ce qui se passe au Québec symbolise l’espoir d’un changement», confie-t-elle.

Une trentaine d’associations étudiantes et syndicats ontariens ont donné leur appui aux étudiants québécois à l’occasion de la manifestation. Une pétition de 700 noms a aussi été déposée à la Délégation du Québec à Toronto appelant le gouvernement à annuler la hausse des frais de scolarité.

Plusieurs associations étudiantes et citoyens intéressés à la question des droits de scolarité observent jalousement la mobilisation au Québec. Une telle mobilisation étudiante est à leurs yeux quasi impossible en Ontario. «Le problème ici, c’est que plusieurs étudiants se sont habitués à ces hauts frais. Mais la conséquence est que ceux qui ont de faibles revenus ou des enfants ont été en grande partie exclus des études supérieures», croit Alan Sears, professeur de sociologie à l’Université Ryerson.

Xavier Lafrance, l’un des organisateurs de la manifestation et porte-parole de la CASSÉÉ lors des grèves de 2005, encourage un militantisme plus soutenu de la part des étudiants de l’Ontario. «Pour les politiques en éducation, l’Ontario est un contre-exemple. Plusieurs espèrent que les luttes étudiantes vont traverser du Québec vers l’Ontario. Je leur dis que le Québec n’a pas de poudre de de perlimpinpin! La mobilisation peut aussi naître ici», affirme celui qui complète un doctorat en sciences politiques à l’Université York.

Au cours des dernières semaines, les lettres d’opinions publiées dans les grands journaux de Toronto se sont montrées plutôt favorables aux étudiants québécois. Un citoyen de St.Catharines, Luke Kalfleish, écrivait récemment dans le Toronto Star : «Les frais de scolarité en Ontario s’élèvent en moyenne à 6 640$ par année comparativement au 2519$ au Québec. Pourtant les étudiants québécois sont capables de rassembler 200 000 personnes dans les rues, alors que ceux de l’Ontario ne font rien.» Un autre de Windsor, Richard Harding, invite à une mobilisation pan-canadienne. «Il est temps pour le reste des Canadiens d’arrêter d’être des paillassons et de lutter», écrit-il dans le Star.

Dans la catégorie: À la unePolitique et ÉconomieVidéo

Mots-clef: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Commentaires (14)

Trackbacks | Fil RSS des commentaires

  1. Antoine Doyon dit :

    Super :)

  2. Marc-André dit :

    Le coût de la vie augmente partout ostie. Prenez votre pillule pis allé étudier!

  3. Danielle dit :

    @Marc-André: oui, il augmente, mais pas de 75%.

    Oui, il augmente, mais sur les produits de consommation.

    Considérez-vous l’éducation comme une bien de luxe?

  4. Sébastien dit :

    Quelqu’un a un article en anglais à propos de ça?

  5. Nicolas dit :

    @Marc-André, soit tu lis JUSTE le journal de montréal, soit t’as rien compris. Meme a pilule que tu veux qu’on prenne est hors de prix. Avaler la pilule…j’en revient pas, c’est comme dire; «Le Wernement l’a dit, alors on as pas le choix!» Tu sais si tu aimes mieux le systeme en Corée du Nord le billet d’avion est 2000$.
    Si t’a pas les moyens d’aller a l’école, mais que t’a un talent fou dans ce que tu veut étudier, c’est du gros gaspillage! Attends on vas y aller plus simple parce que ces 2 mois de greve n’ont pas l’Air de t’avoir sonné de cloche. $$$=études supérieures(??).
    Tu voudrais réserver l’école aux gens riches? L’intelligence n’a pas de valeur monétaire. J’ai fait un DEP par choix, non pas parce que j’avais pas les moyens d’aller plus «haut». Mais j’ai des amis qui n’ont pas eu le choix de travailler 40 heures en plus des 30 heures d’école additionné des travaux en dehors des cours…pis ils doivent quand meme la peau de leur cul en pret et bourses. Commencer sa vie dans le crédit, c’est pas une vie ça!! Réfléchis a ca! Les étudiants se battent pas juste pour eux, mais pour toute les sphères de la société. Merci les étudiants de manger des coups de matraques pour les enfants de demain!Une révolution sa ne se fait pas assis dans sont divan a regarder les nouvelles!! Sans rancune Bonne journée!!

  6. Bozo dit :

    Nicolas tes trop drôle!!!! lolll vous compté avec vos pieds, si c’est pas toi qui paye ya quelqu’un d’autre qui paye!!! élémentaire mon cher Watson!!!

  7. Xavier dit :

    @Nicolas les études pour les riches come on ahhaha !! même avec l’augmentation le Québec sera toujours la province ou les étudiants payeront le moins cher pour leurs études. Si les étudiants du Nouveau-Brunswick, qui est une des provinces les plus pauvres au Canada, s’ils sont capables d’allez à l’université avec 5860$ par année tu ne pourras ne jamais me faire croire que les étudiants les moins riches au Québec ne pourront pas allez aux études, come on, trouve-toi un autre argument !!!!!

  8. Olivier dit :

    @Xavier: Sauf que tu sembles oublier, comme la majorité des pro-hausses, que le Québec est la province la plus taxées et imposées du pays.

  9. Thomas dit :

    @Xavier

    Ben, je sais pas si tu as lu l’article, mais le prof ontarien pense que c’est peut-être parce qu’il ne reste plus que les riches dans les universités que ça serait si difficile de les mobiliser.

    Oui ! Peu importe si les étudiants paient moins cher au Québec, il est CERTAIN que les études seront moins accessibles. La gratuité scolaire est non seulement bonne pour L’accessibilité, mais elle est PLUS RENTABLE ! La partie riche des finissants (car ce n’est pas une évidence qu’aller à l’université rend riche) va contribuer aux impôts. Plus de gens aux études = plus de contribuables. Va voir le site de l’IRIS, ils expliquent bien ça. Lui aussi explique bien ça :

    http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/opinions/chroniques/michel-girard/201204/02/01-4511564-combien-ca-rapporte-un-diplome.php

    Les frais de scolarité, c’est comme faire payer aux étudiants un impôt sur l’éducation avant d’avoir le revenu pour le payer. Et quand il a ledit revenu, il paye encore cet impôt.

  10. Cécile Gagnon dit :

    Quel beau choix de société vous faites en acceptant de faire les moutons avec notre wernement. Avec tout ce que ça a coûté pour les policiers et la sécurité inutilement dépensée (parce que ce ne sont pas les étudiants qui sont violents, ce sont les policiers… à la demande de qui? Des bonnes chances que ce soit du gouvernement. Avec tout le temps qu’il a pris (comme à son habitude), il a dépensé 10 fois l’argent que lui donnerait l’augmentation des frais. C’est tout un calcul qu’il fait le wernement. Attention à ceux qui blâment les étudiants pour leur action; parce que eux ils ne se battent pas juste pour l’augmentation de leur frais de scolarité, mais pour tout l’argent qui est dépensé sur le dos de tous les travailleurs au détriment des Desmarais et compagnie, qui eux,malgré tous leurs millions continuent à voler nos biens qui appartiennent à tous, via notre wernements, contre des participations à la caisse électrale de ce wernement. Et les enveloppes brunes que ces riches continuent à distribuer durant les fins de semaine qu’il les invite dans leur propriété.Continuez à croire ce que beauchamp et charest tente de vous faire croire, il nous aime beaucoup lorsque nous faisons nos moutons. Et avec ses contre-propositions, il croit que les étudiants ne savent pas compter? Il leur change 3 trente sous pour 1 piastre. Fiou, c’est le genre de société que vous voulez? Une société de gens qui ne savent pas compter et qui dit oui missieu, oui missieu? Je nous plains lorsque nous serons vieux, parce que ça ne s’améliorera pas pour nous tous avec une telle société.

  11. Carl Bordeleau dit :

    Il y a toujours deux côté à une médaille.

    C’est vrai de dire qu’au Québec c’est moins cher ET c’est aussi vrai que nous payons le plus d’impôt…

    Il est vrai aussi que l’éducation n’est pas un bien de consommation de luxe mais bien un droit équitable à tous.

    Par le fait même, c’est le talent et la passion qui prévaut et non la capacité à payer…

    Une personne voulant être biochimiste(exemple) qui n’a pas les moyen d’étudier fera un cuisiner médiocre car il n’aimera jamais son travail… Donc personne en sera gagnant.

    Oui,vous avez bien raison. Cette hausse ne profitera qu’aux banques finalement.

  12. Xavier dit :

    @Olivier OK donc, toi tu décides que parce que le Québec est la plus taxée et la plus imposée au pays que le gouvernement devrait faire en sorte que prix de scolarité n’augmente jamais ? C’est qu’il y a aussi d’autre chose aussi payer avec nos impôts, le Québec s’écroule en morceau, il faut le redressé et il faut que tout le monde y participe, compris les étudiants. Les autres provinces payent le double que le Québec et l’impôt et les taxes dans les autres provinces ne sont pas le double de ce que les Québécois payent ?

    @Thomas je suis d’une famille qui n’est pas riche et j’ai quitté le Québec pour allé étudier à Moncton au Nouveau-Brunswick et crois-moi les Acadiens ne sont pas reconnus pour être du monde riche et c’était effectivement le cas avec les personnes avec qui j’ai étudié. Donc ce n’est pas vrai qu’il y a seulement les riches qui puissent aller aux études dans le reste du Canada hahah.. Ma position reste la même, si au N. B. les étudiant puisse étudier à 6000 $ par année, rien n’empêche avec 325$ d’augmentation par année d’aller aux études come on !!! 325 $ c’est moins de ce qu’un étudiant gagne par semaine avec un emploi d’été qu’il ne pourra pas faire cet été, car il aura du rattrapage à faire…

  13. Mathieu dit :

    Merci d’être en appuis avec les étudiants mais, vive le QUÉBEC LIBRE ! Pareille :)

  14. Isabel dit :

    Payer quand on a les moyens de le faire ! http://youtu.be/aOLB3CWV-sA

Répondez




Afin d'ajouter une photo à vos commentaires, veuillez obtenir un identifiant Gravatar.