Musique – Quand on veut briller

Martin PRÉVOST

À l’écoute de High Twilight, le premier album de l’auteur-compositeur et interprète montréalais, Daniel Isaiah, on sait tout de suite qu’il y en aura d’autres. Si cette affirmation est démentie, alors nous serons en droit de nous plaindre pour gaspillage de talent. Selon l’American Songwriter Magazine, il serait le prochain grand auteur de chanson canadien.

Malgré qu’il en soit à son premier enregistrement, Isaiah n’est pas un inconnu sur la scène artistique québécoise puisqu’il a évolué au sein de plusieurs formations musicales et qu’il s’est déjà commis, avec succès, dans la réalisation cinématographique. Son court métrage intitulé Three mothers et sorti en 2008, a remporté le prix du meilleur court-métrage aux Rendez-vous du cinéma Québécois à Montréal.

Côté musique, son premier disque est manifestement bourré d’influences, toutes plus enrichissantes les unes que les autres. Sans faire le tour de chacune, disons que sa musique épurée aux savants arrangements le situe dans la nébuleuse de Bob Dylan et que sa voix chaude et caractéristique le rapproche de la galaxie de Lewis Furey. Par ailleurs, tonton Leonard Cohen et cousin Rufus Wainwright ne sont pas trop loin non plus.

Mais ne vous inquiétez pas, on parle ici d’influence et non d’imitation. Monsieur Isaiah a son propre style et ses textes apparaissent très personnels. Tantôt sérieux, tantôt tristes et parfois drôles, on pense ici à Mélissa, ses textes sont solides et bien inspirés. On apprécie aussi l’aspect presque pittoresque des titres en français dont les textes sont savoureux, malgré quelques rimes moins réussies, et qui donnent un autre aspect à la voix d’Isaiah comme c’est presque toujours le cas de celles et ceux qui chantent dans une deuxième langue. Qu’on pense à la regrettée Lhasa, ou encore à Stéphane Eicher.

Ses collaborations sur l’album sont bien choisies et paraissent bien naturelles. Omniprésentes, les guitares sont pures, nettes et riches. On écoute Isaiah pour la première fois et on a l’impression de déjà le connaître un peu. Alors, on s’empresse de l’écouter encore… et encore.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Dans la catégorie: Culturel

Mots-clef: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Répondez




Afin d'ajouter une photo à vos commentaires, veuillez obtenir un identifiant Gravatar.