Infected Mushroom: explorer le côté obscur

0

Legend of the Black Shawarma est un étrange objet. Septième titre du groupe Infected Mushroom, ce nouvel opus de la formation composée entre autres de Jonathan Davis (Korn) et Perry Farrell (Jane’s Addiction, Porno for Pyros) surprend par son éclectisme. L’ensemble sonne bien à l’oreille, mais on aura malgré tout l’impression d’écouter la même pièce tout au long de l’album.

On parle ici de psy-trance, mais l’épithète hard-électro pourrait également s’appliquer. Un mélange de hard rock, de métal, d’électronique et de trance, le tout servi dans un rythme qui décoiffe, voilà ce que vous réserve ce disque. Si le style musical peut surprendre à une première – et même lors d’une seconde, voire d’une troisième écoute – on se prend rapidement à hocher la tête, preuve que la grande majorité des titres de Legend of the Black Shawarma auront un franc succès sur les planchers de danse.

Ce qui accroche, néanmoins, c’est que ce style musical oscille constamment entre une musique plus rock, avec les influences évidentes de Korn, entre autres, et un côté franchement plus électro. L’ensemble déconcerte, et on a rapidement l’impression que le groupe se cherche encore sur le plan mélodique, un étrange constat lors de la sortie du septième disque.

The Legend of the Black Shawarna est-il un bon disque? Oui, pour les amateurs du genre. La musique accroche, et l’écouter à haut volume fait vibrer les tripes. Mais on ne retrouve pas la maturité musicale à laquelle on pourrait s’attendre pour un septième disque.

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre