Férus d’animation, ces Taïwanais !

0

Les 8èmes Sommets du cinéma d’animation de Montréal débutaient ce soir à la Cinémathèque québécoise, entre autres avec la projection du très attendu Panique au village, des réalisateurs Stéphane Aubier et Vincent Patar. Cependant, si on passait à l’étage, on avait l’occasion d’admirer quelques-uns des nouveaux talents taïwanais dans le domaine de l’animation. Et quels talents!

Un homme solitaire au coeur brisé reçoit des lettres qui ne luit sont pas adressées. Tentant de découvrir le monde, une petite fille de sept ans met sa solitude dans sa valise et commence un voyage ayant l’apparence d’un rêve. Le couteau de cuisine tombe amoureux de la pomme. Ce ne sont que quelques-uns des synopsis de la douzaine de films présentés dans le cadre des Nouveaux talents de Taïwan.

Point de mangas; ici, les styles s’entrecroisent. Dessins en 2D, animation d’objets, animation 3D et par ordinateur, les artistes – certains sont d’ailleurs étudiants – s’en donnent à coeur joie et innovent. On découvre ou devine chez certains une touche asiatique. Chez d’autres, immigrés aux États-Unis ou ailleurs, le style est plus international.

Certains courts métrages, tel que The Soliloquist et Viola: The Traveling Rooms of a Little Giant, sont empreints de mélancolie. Le premier, d’ailleurs, explore les méandres de l’esprit d’un jeune homme livré à lui-même dans une nouvelle vie, et qui se met subitement à recevoir des lettres et des paquets destinés à un inconnu, au point de s’enticher de ce mystérieux « Michaël ».

The Edge of Love et Monster Coins méritent une attention particulière: le premier raconte les déboires amoureux d’un couteau de cuisine amoureux d’une pomme rouge, et des incidents qui s’ensuivent. Malgré le fait que le film soit muet, le réalisateur Nai-Wei Liu a parfaitement réussi à nous faire comprendre les sentiments des personnages, et la qualité de l’animation est surprenante.

Le second, version particulière de la lampe contenant un génie, se rapproche davantage du style américain d’animation, mais n’en est pas moins drôle pour autant. Deux petits garçons ont irruption dans leur école la nuit pour tomber sur une pièce d’or aux étranges pouvoirs. Hilarité garantie!

Qu’ils soient analysés individuellement, ou en un tout, les films présentés lors de la projection ds Nouveaux talents de Taïwan témoignent de l’ingéniosité et de la créativité des artistes en animation de ce petit pays. Une série de films à voir!

Nouveaux talents de Taïwan est également projeté le samedi 5 décembre à 19h.

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre